Gaspillage alimentaire : de nouvelles mentions ajoutées pour plus de clarté

Par Paolo Garoscio | Mis à jour le 21/11/2022 à 09:19

Le gaspillage alimentaire fait partie des axes majeurs pour lutter contre le réchauffement climatique, mais aussi pour le pouvoir d’achat. Car les Français jettent énormément de produits alimentaires qui sont, en réalité, encore consommables. La raison ? Ils confondent le sens de la Date de Durabilité Minimum (DDM) qu’ils prennent pour une Date Limite de Consommation (DLC).

DDM DLC decret mentions
De nouvelles mentions seront ajoutées aux dates de durabilité minimum.

Des mentions plus explicites pour les DDM

Afin de réduire la quantité de nourriture encore consommable mais qui finit dans les poubelles des cuisines des ménages, le gouvernement a publié, vendredi 18 novembre 2022, un décret au Journal Officiel. Il vient préciser les nouvelles mentions que les industriels sont invités à inscrire à côté de la Date de Durabilité Minimum, la DDM.

Ainsi, les consommateurs verront apparaître « pour une dégustation optimale », ou encore « ce produit peut être consommé après cette date ». Des mentions qui peuvent également être remplacées par « toute mention au sens équivalent pour le consommateur », précise le décret. En somme, chaque industriel est libre, l’objectif est que le message soit clair. Et ce message est simple : dans le cadre d’une DDM, le dépassement de la date ne signifie pas que le produit ne doit plus être consommé.

DDM et DLC : quelles différences ?

Entre la Date de Durabilité Minimum (DDM) et la Date Limite de Consommation (DLC), la différence est de taille. La DLC, présente sur les produits frais notamment, est une indication sanitaire : au-delà de la date précisée, le produit peut présenter des risques pour la santé. Respecter la DLC est donc primordial pour éviter des intoxications et des contaminations.

La DDM, au contraire, n’est qu’indicative. C’est la date limite par laquelle le producteur garantit que les qualités gustatives et olfactives du produit sont conformes à son cahier des charges. Mais si l’emballage est intègre et si le produit a été conservé correctement, le dépassement de la DDM n’implique pas de danger pour la santé. Avant de jeter un produit à la DDM passée, il convient au moins d’ouvrir le paquet et de sentir ou goûter. Ils sont souvent encore en parfait état, ayant perdu peut-être un peu de croquant ou de saveur.

À lire aussi Les meilleurs outils anti-gaspillage alimentaire

Article précédent Assurance-vie : des rendements prévus à la baisse
Article suivant Malgré ses promesses, Apple collecte vos données personnelles sans votre accord
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.