Quel est l’âge idéal pour laisser un enfant seul à la maison ?

Par Fabienne Cornillon | Mis à jour le 09/12/2022 à 11:31
Partager

C’est la question que se posent de nombreux parents. Laisser un enfant seul après l’école le temps de rentrer du travail ou de pratiquer une activité, le laisser le mercredi quand il n’a pas école... Les parents ont parfois besoin, lorsqu’ils n’ont personne pour garder leur enfant, de trouver une alternative. À quel âge est-il raisonnable de laisser son enfant tout seul à la maison ?

Ne pas laisser seul un enfant à la maison avant 6 à 8 ans

Selon les médecins, ce n’est qu’à partir de 6 à 8 ans que l’enfant commence réellement à avoir une vision des conséquences de ses actes. Aussi, il sera plus à même de savoir si ce qu’il va faire aura un impact. Cela va lui permettre dans un premier temps de limiter le risque de bêtise, voire d’accident domestique. 

Laisser son enfant seul : adapter la prise de décision selon sa maturité

Si les médecins s’accordent sur un âge minimal, la réalité est parfois tout autre. En effet, le degré de maturité d’un enfant joue un rôle essentiel pour déterminer à quel âge vous pouvez le laisser seul à la maison.

Aussi, tandis que certains enfants font preuve d’une grande maturité dès 8 ans, d’autres manqueront d’autonomie à 10 ou 12 ans et il ne sera pas raisonnable de les laisser seuls.

Au-delà de la maturité et de l’autonomie, certains enfants sont plus turbulents que d’autres. Il sera plus risqué de laisser seul un enfant qui fait constamment des bêtises et qui pourrait être un danger pour lui-même et pour les autres.

Enfin, la psychologie de l’enfant est intéressante à prendre en compte. Si votre enfant est habitué à être seul dans sa chambre et qu’il est capable de s’occuper sereinement, vous pouvez imaginer le laisser seul. En revanche, si votre enfant est de nature angoissée, il pourrait très mal supporter votre absence. Il pourrait alors s’inquiéter à chaque bruit et s’imaginer ne pas être en sécurité.

À lire également : Faire garder votre enfant pendant les vacances

Enfant seul à la maison : le temps en question

Naturellement, le temps d’absence peut aussi est un facteur de décision. Si votre enfant a 8 ans, il pourra sembler déraisonnable de le laisser toute la journée tout seul.

En revanche, s’il s’agit d’aller faire quelques courses et que votre absence ne dépasse pas une heure, selon la capacité de votre enfant à rester seul, cela peut être envisagé.

Bien accompagner votre enfant avant de le laisser seul à la maison

Laisser un enfant seul à la maison nécessite de mettre en place quelques règles importantes :

  • ne pas ouvrir la porte en votre absence ;
  • ne pas répondre au téléphone sauf s’il connaît la personne qui appelle ;
  • enregistrer les numéros les plus importants (celui des parents, des grands-parents, etc.) ;
  • enregistrer les numéros d’urgence ;
  • ne pas sortir de la maison ou de l’appartement ;
  • dissimuler les médicaments et les produits dangereux.

D’autre part, veillez à ce que les risques soient limités. S’il doit manger seul, préparez un repas froid qu’il n’aura pas besoin réchauffer sur une cuisinière s’il est vraiment jeune ou apprenez-lui à utiliser le micro-ondes dès lors qu’il est en âge raisonnable de le faire.

Laisser un jeune enfant seul avec son grand frère ou sa grande sœur

Cette fois, les choses sont différentes. Si l’enfant est trop jeune pour être seul, il peut cependant rester à la maison s’il a un grand frère ou une grande sœur.

Laisser un enfant de 6 ans avec un enfant de 12 ans est tout à fait possible dès lors que la maturité de l’aîné est suffisante pour assumer son petit frère ou sa petite sœur. Mais là encore, c’est le comportement de chaque enfant qui va déterminer si c’est une décision sage ou non.

Et pourquoi ne pas installer des caméras ?

Aujourd’hui, de plus en plus de ménages installent des caméras de sécurité dans leur maison. Ces équipements peuvent aussi être utilisés de manière détournée pour surveiller un enfant resté seul à la maison.

Article précédent Qu'est-ce qu'un divorce par consentement mutuel ?
Article suivant Les tests de fertilité sous le feu des critiques
Plus de guides famille
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.