Profitez d’une expérience professionnelle à l’étranger grâce au VIE/VIA

Par Fabienne Cornillon | Mis à jour le 10/09/2021 à 16:30
Partager

Le volontariat international en entreprise (VIE) ou en administration (VIA) est une expérience professionnelle qui s’adresse aux majeurs de 28 ans. Vous avez envie de découvrir de nouveaux horizons tout en intégrant le monde du travail ? Découvrez pourquoi le VIE est la réponse et comment s’inscrire. 

VIA, VIE : qu’est-ce que c’est ?

Le VIE est un service civique qui s’effectue à l’étranger. Il est tout à fait spécifique puisqu’il permet de travailler uniquement dans les domaines suivants :

  • culture ;
  • humanitaire ;
  • environnement. 

Il se déroule uniquement à l’étranger dans les structures suivantes :

  • entreprises françaises situées à l’étranger ;
  • entreprises étrangères qui ont un accord de partenariat avec une entreprise française ;
  • organismes étrangers engagés dans une coopération avec la France ;
  • administrations pour le VIA.

Quelle est la durée d’un VIE ?

La durée minimale est de 6 mois et peut atteindre 24 mois. Il est possible de renouveler le VIE une fois pour une durée maximale de 2 ans. Il est donc possible d’effectuer un VIE durant 4 ans. Pour valider un VIE, la mission doit se dérouler a minima 183 jours dans l’année à l’étranger.

Qu’est-ce que le chèque relance VIE ?

En 2020, à l’occasion des 20 ans du VIE, un chèque relance a été mis en place. Ce coup de pouce de 5 000 € s’adresse aux entreprises qui souhaitent poursuivre leurs activités à l’international en recrutant un volontaire dans le cadre du VIE. Cela s’adresse aux entreprises qui recrutent un jeune avant le 1er décembre 2021 pour une durée minimale d’un an.

Le VIE en quelques chiffres

Pour mieux connaître le volontariat international en entreprise, découvrez quelques chiffres sur ce volontariat créé en 2000 :

  • la durée moyenne d’une mission est de 17 mois ;
  • en 2019, 10 500 volontaires étaient en poste ;
  • 44 % des missions sont effectuées en Europe contre 19 % en Asie, 13 % en Amérique du Nord, 12 % en Afrique, 5,5 % en Amérique latine et 3 % au Proche et Moyen-Orient ;
  • 118 pays sont ouverts au VIE et au VIA à travers le monde ;
  • 2 088 recruteurs de VIE ou VIA ;
  • plus de 9 volontaires sur 10 trouvent un emploi en fin de mission.

Pourquoi opter pour le VIE ou VIA ?

Le VIE est une expérience qui permet de parcourir le monde tout en occupant un poste. Cette mission volontaire qui s’avère une réelle opportunité pour s’orienter vers une carrière tournée à l’international.

Les jeunes en mission profitent du VIE pour apprendre ou améliorer leur connaissance d’une langue étrangère.

De plus, cette mission à l’étranger est rémunérée à hauteur de 723,99 € par mois, une rémunération qui n’est soumise ni à la CSG, ni à la CRDS, ni à l’impôt sur le revenu. À cela s’ajoute une indemnité supplémentaire calculée selon le coût de la vie du pays dans lequel vous réalisez votre mission.

Le VIE permet de bénéficier de congés, vous avez droit à 2,5 jours par mois comme un salarié classique. Un assureur privé vous propose une couverture sociale et le VIE est pris en compte au moment du calcul de la retraite.

Enfin, comme évoqué précédemment, 90 % des volontaires trouvent un emploi à l’issue de leur mission.

Aussi, hormis la rémunération qui peut sembler un peu basse, le VIE n’offre que des avantages.

Qui peut faire un volontariat international en entreprise ou en administration ?

Le volontariat international en entreprise s’adresse uniquement aux jeunes de 18 à 28 ans. Toutefois, l’âge n’est pas la seule condition à respecter. Pour faire un VIE, vous devez :

  • être français ou ressortissant d’un pays de l’Espace économique européen ;
  • avoir effectué la journée de défense et de citoyenneté ;
  • avoir le droit de vote ;
  • présenter un casier judiciaire vierge ;
  • remplir les conditions physiques d’aptitude nécessaires ;
  • ne pas être en poste. Le VIE ou VIA n’est pas compatible avec une autre activité rémunérée.

À cela s’ajoutent des exigences spécifiques selon la nature de la mission et le pays de destination :

  • connaissance de la langue ;
  • expérience professionnelle ;
  • diplôme ;
  • examen de santé (gratuit, il est financé par la Caisse Primaire d’Assurance Maladie) ;
  • vaccination.  

Bon à `savoir : les personnes en situation de handicap peuvent parfaitement effectuer un VIE dès lors que leur état de santé est compatible avec la mission.

Les démarches à réaliser

Vous devez en premier lieu préparer un CV qui permettra de déterminer si vous êtes apte à exercer la mission qui vous sera confiée. Vous devez également présenter un numéro identifiant défense.

Bon à savoir : ce numéro vous est attribué lors de votre recensement par la Direction du Service National et de la Jeunesse. Il se trouve sur votre espace personnel majdc.fr, sur votre convocation pour la journée de défense et citoyenneté ou sur votre certificat de participation à cette journée.

Ensuite, vous devez déposer votre candidature en ligne sur le site du centre d’information sur le volontariat international.

Une fois votre inscription réalisée, vous devez créer un compte. Vous accéderez ensuite aux missions disponibles et pourrez postuler.

Quelle différence avec le VSI (volontariat de solidarité internationale) ?

Le volontariat de solidarité internationale, le VSI, est quelque peu différent du VIA et du VIA. La différence fondamentale réside dans le fait qu’il s’agit ici d’un bénévolat, et d’un non d’une mission rémunérée. Vous pouvez seulement prétendre à une indemnisation à hauteur de 100 € minimum qui est fixée selon le pays et le coût de la vie sur place, la nature de la mission et l’éloignement. Toutefois, avec le VSI, votre logement, vos repas et vos frais de transport sont pris en charge.

Cette fois, vous vous engagez auprès d’associations pour participer à des actions de solidarité. Le VSI est accessible à toute personne majeure, il n’y a pas de limite d’âge. La durée maximale de la mission est de 2 ans. Il est possible de renouveler cette durée sans jamais excéder 6 ans au cours de votre vie.

En fin de mission, vous pouvez prétendre à une aide, ce qui n’est pas le cas avec le VIE et le VIA. Deux solutions sont proposées :

  • une prime forfaitaire d’insertion professionnelle de 2 001 € maximum si vous êtes inscrit à Pôle Emploi sans pouvoir bénéficier du RSA ;
  • une prime de réinstallation de 3 700 € pour un VSI de 24 mois consécutifs (sauf pour les agents du service public).
Article précédent Passer à temps partiel : bonne ou mauvaise idée ?
Article suivant Quelles mesures vont être appliquées dans le texte de loi pour le pouvoir d’achat ?
Plus de guides emploi
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.