Fin des aides de l’État : quel impact sur votre budget ?

Par Stéphanie Haerts | Mis à jour le 05/09/2023 à 11:30

Dans une tentative de restaurer les finances publiques, le gouvernement français envisage de réduire considérablement les aides massives qui ont jusqu'à présent allégé le fardeau financier des ménages. Cette décision, annoncée par le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, pourrait avoir des répercussions significatives sur les dépenses quotidiennes des citoyens.

aides Etat
Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, annonce une réduction progressive des aides de l'État, impactant directement le budget des ménages français.

Carburants : pas de nouvelle ristourne en vue

Les automobilistes doivent s'attendre à une augmentation des prix à la pompe, car aucune nouvelle remise sur les carburants n'est prévue. Malgré les appels à une réduction des coûts du carburant, Bruno Le Maire a écarté cette possibilité, citant la nécessité de sortir de la politique du « quoi qu'il en coûte ». En septembre 2022, une ristourne de 30 centimes avait été appliquée, mais les prix actuels restent élevés, avec le SP95 à 1,96 euro par litre et le gazole à 1,86 euro.

Selon Olivier Gantois, président du syndicat Ufip Énergies et Mobilités, les prix des carburants devraient rester élevés tant que le conflit entre la Russie et l'Ukraine persiste, la Russie étant un acteur majeur dans la production de pétrole. Cependant, il ne prévoit pas une augmentation significative du prix actuel du baril de pétrole, qui est de 86 dollars.

Électricité et logement : des coûts en hausse

Les ménages français doivent également se préparer à une augmentation des coûts de l'électricité. Le bouclier tarifaire, mis en place en 2021 pour protéger les consommateurs de la flambée des prix, prendra fin en 2024. En conséquence, les prix de l'électricité ont déjà augmenté de 10% en août 2023. Les experts prévoient une hausse continue des tarifs, influencée par divers facteurs tels que la modernisation du réseau électrique et le développement de nouvelles infrastructures énergétiques.

En ce qui concerne le logement, la loi du 7 juillet a maintenu le plafonnement de la hausse de l'indice de référence des loyers (IRL) à 3,5% jusqu'en mars 2024, offrant un répit temporaire aux ménages. Cette mesure a permis d'économiser des sommes significatives sur les loyers annuels. Cependant, avec une inflation persistante, il reste à voir comment le gouvernement interviendra après mars 2024 pour éviter une augmentation drastique des loyers.

À lire aussi : Comment réduire sa facture d'électricité ?

Article précédent Lidl : le robot cuiseur de retour avant Noël
Article suivant Restauration : McDonald’s s’implante désormais dans les campagnes
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.