Comment parler d'argent avec son conjoint ?

Par Lionel Koffi | Mis à jour le 01/02/2022 à 16:31
Partager

Vous, lui/elle : c’est l’amour toujours et rien ne pourrait abîmer le magnifique tableau que vous venez de peindre à 4 mains ! Rien... en êtes-vous bien sûre ? Car hélas, si vous n’y prenez garde, une chose au moins pourrait terrasser votre belle histoire : l’argent. Bien qu’étant partie intégrante d’une vie à deux, parler d’argent ne va pas forcément de soi au sein d’un couple, selon l’éducation et les habitudes de vie de chacun.

Pourquoi parler d'argent avec son conjoint ?

D’abord parce qu’on ne vit pas d’amour et d’eau fraîche, hélas ! Et ce qui est sûr, c’est qu’éviter les sujets qui fâchent - l’argent en est souvent un - n’évite pas les désaccords... bien au contraire. Et pour les anticiper, rien de tel que d’aborder le sujet le plus tôt possible. Cette anticipation vous permettra également par la suite de planifier vos évènements de vie, et de prévoir de l’agent de côté pour ne pas vous retrouver le bec dans l’eau.Ces sujets de discussion vous permettent également de penser à mettre en place des solutions d’épargne.

Parler d'argent avec son conjoint, oui mais quand ?

D’abord, dès que s’installe votre vie à deux. Même si bien sûr, il n’est jamais trop tard pour bien faire !Prenez le temps de confronter vos conceptions, d’entendre sa vision, de comprendre l’autre.Vous partagez vos goûts, vos envies, vos petits secrets, et l’argent ne doit pas être un tabou.

Ensuite, à certains moments-clés de votre vie : mariage, naissance à venir, études des enfants... C’est primordial !Plus tard, au moment de la retraite, pour préparer votre succession.

A lire : L'argent dans le couple : les erreurs à ne pas commettre

Parler d'argent dans le couple, si c'était facile, ça se saurait...

Cela demande un peu de travail : c’est, culturellement, ecore un sujet tabou, et il y a plus « sexy » comme conversation que la répartition des charges ! Parler d’argent quand il s’agit d’amour, personne n’aime ça !

Pourtant, il faut vous y atteler.

Commencez par libérer la parole. Quelles sont ses priorités ? Quelles sont les vôtres ?

Par exemple, repérerez ensemble à quel couple stéréotypé vous ressemblez. Ça vous aidera à mieux comprendre ce qui se joue entre vous quand vous parlez (ou pas) d’argent.

  • Le couple dépensier : il ne fait jamais ses comptes et pratique la technique du doigt mouillé pour savoir d’où vient le vent. Parler d’argent n’est pas un problème. C’est le manque d’argent qui l’est parfois...
  • Le couple économe : un petit repas aux chandelles à la maison, c’est aussi bien qu’un resto, non ? Pas radin, simplement prévoyant. C’est comme ça qu’il se définit.
  • Le couple antagoniste : l’un est économe, l’autre dépensier. Ils ne sont d’accord sur rien : consommer ou épargner, vivre aujourd’hui ou prévoir demain, choisir des produits de marque ou de distributeurs... le moindre achat est source de conflits.

Quand vous aurez compris votre couple, construisez ensemble le mode de fonctionnement qui vous convient le mieux. Ce sera peut-être un peu « musclé », mais si vous tenez à votre relation, lancez-vous !

A lire : Comment éviter les problèmes d'argent dans le couple ?

Parler d'argent à la maison : c'est décidé, vous vous y mettez !

Prenez le temps de préparer un petit apéro, et abordez le sujet, préparez les documents et de quoi noter. Faites-le sans tabou, parlez-en vraiment. Il y aura peut-être deux ou trois points de crispation au début, mais après un petit rodage, ça deviendra un sujet aussi normal que « tu veux deux sucres dans ton café ou une sucrette mon chéri ? ».

A lire : Comment régler un conflit d’argent au sein du couple ?

Article précédent Qu'est-ce qu'un divorce par consentement mutuel ?
Article suivant Voici les nouveaux plafonds de l'allocation de rentrée scolaire en 2023
Plus de guides famille
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.