Harcèlement scolaire : comment savoir si mon enfant est concerné ?

Par Mustapha Azzouz | Mis à jour le 30/09/2022 à 16:07
Partager

On dit souvent que les enfants peuvent être cruels. Malheureusement, la sagesse populaire a raison comme en témoignent les nombreux cas de harcèlement scolaire. Dès la primaire, des enfants peuvent être pris à partie par un ou plusieurs camarades et subir des violences. Parents et enseignants doivent être vigilants pour rompre ce schéma causant de nombreux ravages.

Qu’est-ce que le harcèlement scolaire ?

Selon le Ministère de l’Éducation Nationale et de la Jeunesse, le harcèlement est « une violence répétée qui peut être verbale, physique ou psychologique. Cette violence se retrouve aussi au sein de l’école. Elle est le fait d’un ou de plusieurs élèves à l’encontre d’une victime qui ne peut se défendre ». Mal aux multiples visages, le harcèlement scolaire peut se manifester sous différentes formes :

  • Violences physiques ;
  • Violences psychologiques (insultes, menaces, humiliations, moqueries) ;
  • Violences sexuelles (agression sexuelle, gestes déplacés) ;
  • Cyberharcèlement (insultes, humiliations sur les réseaux sociaux, rumeurs).

Le harcèlement en milieu scolaire implique une répétition de la violence engendrant un isolement de la victime. Les harceleurs sont des prédateurs mettant en place des agressions régulières afin de stigmatiser les différences ou caractéristiques d’autres enfants. Ils peuvent ainsi s’attaquer à un camarade à cause de :

  • Son apparence physique (le poids, la taille, sa couleur de peau, ses cheveux) ;
  • Son genre ou son identification sexuelle (garçon efféminé, fille masculine, orientation sexuelle avérée ou supposée) ;
  • Un handicap (mental ou physique) ;
  • Un trouble du langage (bégaiement) ;
  • Son groupe culturel ou social ;
  • Ses centres d’intérêt.

Bon à savoir : 700 000 élèves touchés par le harcèlement scolaire

En France, 10 % des élèves de CE2, CM1 et CM2 sont victimes de harcèlement scolaire. Pour 3 % d’entre eux, la situation est jugée sévère. 10 % des collégiens sont, eux aussi, victimes de harcèlement à l’école. Pour 7 %, les violences sont considérées comme sévères. Au lycée, 4 % des enfants sont concernés.

Comment détecter le harcèlement scolaire ?

La prévention est la meilleure arme contre le harcèlement. N’hésitez pas à sensibiliser vos enfants à ces violences tout en les encourageant à s’adresser à un adulte en cas de problème. De même, s’il n’est pas directement victime de ces méfaits, son intervention ou sa prise de parole peuvent radicalement changer la donne. Expliquez-lui que lorsqu’un camarade est malmené, il peut aller informer les adultes. Les professeurs, mais aussi le personnel du périscolaire, seront à son écoute.

Établissez une relation de confiance afin de vous assurer aussi qu’il se confiera à vous si besoin. Toutefois, malgré tous les efforts des parents, il arrive que les enfants victimes se murent dans le silence. Il y a alors des signes permettant de déceler un enfant subissant du harcèlement scolaire :

  • Maux de ventre ou de tête répétés ;
  • Eczéma ;
  • Troubles alimentaires ;
  • Troubles du sommeil ;
  • Déprime ;
  • Agressivité ;
  • Irritabilité ;
  • Repli sur soi ;
  • Rejet de l’école ;
  • Résultats en baisse ;
  • Absence non justifiée (l’enfant commence à sécher les cours) ;
  • Problèmes de comportement en classe.

Surveillez également tout changement soudain dans l’attitude ou les habitudes de vos enfants.

Que faire quand son enfant est harcelé ?

Si votre enfant est victime de harcèlement à l’école, discutez ensemble de la façon dont il pourrait réagir lors des prochaines agressions. Au fil de son récit, notez les différents types d’agressions dont il a été victime et la fréquence. Demandez-lui le nom des auteurs, des détails sur les faits, les éventuels témoins et leur réaction. S’il s’agit de cyberharcèlement, demandez-lui de vous montrer les messages publiés et/ou reçus. Faites la même chose pour les SMS. Surtout, n’oubliez pas de le féliciter pour ses confidences et assurez-lui que vous ne doutez pas de sa parole. Son récit va très certainement vous révolter et vous attrister. Restez modéré devant lui, il ne faut surtout pas l’affoler.

Vous devrez ensuite lui préciser votre intention d’informer l’école de la situation. L’enfant pourra s’y opposer par peur de représailles. C’est pourtant une étape indispensable pour faire cesser le harcèlement scolaire. Démontrez-lui le bien-fondé de votre démarche afin d’obtenir son accord et conserver sa confiance. Appelez ensuite le directeur ou principal de l’établissement. Il a à sa disposition un protocole dédié pour accompagner votre enfant.

Pour toute question, vous pouvez également appeler « Non au harcèlement » au 3020. Ce numéro gratuit vous offrira une oreille attentive du lundi au vendredi de 9 h à 20 h et le samedi de 9 h à 18 h. Pour le cyberharcèlement, contactez le numéro vert 3018 du lundi au vendredi de 9 h à 19 h. Ces deux centres vous permettent de prendre la parole de manière anonyme.

Bon à savoir : quand son enfant est harceleur

Pour lutter contre le harcèlement scolaire, il est aussi important de repérer les comportements problématiques chez votre propre enfant. Si vous l’entendez se moquer, malmener ou ostraciser un camarade, n’hésitez pas à lui expliquer en quoi cette attitude est discutable.

Quelles sont les conséquences du harcèlement scolaire ?

Les conséquences du harcèlement scolaire sont multiples. Elles dépendent de chaque situation et sont plus ou moins graves. Les agressions à répétition peuvent ainsi précipiter votre enfant vers l’échec scolaire. Petit à petit, il rejette l’école et toute chose en rapport avec ce lieu d’enseignement. On parle alors de phobie scolaire. Chez certains enfants, cela peut conduire à une déscolarisation. 

Mais les traumatismes créés par le harcèlement scolaire peuvent également conduire à un malaise psychologique et psychique. Crises d’angoisse, dépression, voire suicide : la descente aux enfers peut être fatale. Lorsque vous vous rendez compte que votre enfant est harcelé à l’école, votre soutien est essentiel. Pensez également à demander l’aide d’un professionnel. Un accompagnement psychologique peut en effet l’aider à reconstruire sa confiance en lui. Le coût de ces consultations est élevé alors, avant de prendre rendez-vous, consultez votre assurance scolaire, elle propose peut-être une prise en charge de ces sessions. 

Le harcèlement scolaire peut toucher tous les enfants. En vous montrant vigilant dès le primaire, vous pourrez détecter les signes trahissant une situation de violence à l’école. En parlant du harcèlement avec vos enfants, vous leur offrez l’arme ultime contre ces situations dangereuses : la parole. Ne rompez donc jamais le dialogue avec votre enfant et encouragez-le à se confier dès qu’il ressent un malaise. 

Article précédent Qu'est-ce qu'un divorce par consentement mutuel ?
Article suivant Les Restos du cœur alertent
Plus de guides famille
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.