Sinistre et assurance : comment ne pas se mettre l’expert à dos

Par Fabienne Cornillon | Mis à jour le 20/02/2023 à 14:42
Partager

Suite à un sinistre, qu’il s’agisse d’un sinistre automobile, habitation, etc., dès lors que les dommages sont importants, la compagnie d’assurance est parfaitement en droit d’envoyer un expert. Son rôle sera d’évaluer le montant des dommages afin de calculer l’indemnisation à laquelle vous avez droit au regard des garanties de votre contrat d’assurance. Ne voyez pas cet expert comme un ennemi et faites en sorte qu’il soit de votre côté.

Quel expert pour évaluer les dommages ?

Si l’expert est envoyé par l’assurance, ne considérez pas cette personne comme votre ennemi. D’aucuns pensent que l’expert est là pour minimiser les dégâts et ainsi réduire le montant de l’indemnisation. Rassurez-vous, ce n’est pas nécessairement le cas. Et ça l’est d’autant moins lorsque des compagnies d’assurance n’envoient pas des experts de chez elles, mais des personnes appartenant à des cabinets indépendants.

N'étant pas intéressés, ces experts vont traiter votre dossier avec la plus grande neutralité et définir véritablement la nature et l’ampleur des dégâts causés.

De plus, des grilles de calcul sont établies, elles permettent, elles aussi, de gagner en neutralité.

Aidez l’expert dans son travail

Votre objectif est d’obtenir une prise en charge par votre assureur suite à un sinistre. Vous devez donc voir l’expert comme un allié et ainsi l’aider à faire son travail dans les meilleures conditions. Aussi, nous vous conseillons de regrouper toutes les informations et tous les documents qui pourraient l’aider dans sa mission. Factures, photos, devis, préparez au mieux votre rendez-vous.

N'en faites pas trop

Pour ne pas se mettre un expert à dos suite à un sinistre, mieux vaut être le plus honnête possible, inutile d’en faire trop. Cet expert est un professionnel qui ne se laissera pas berner facilement. N’inventez pas des dommages pour obtenir une meilleure indemnisation, cela pourrait avoir un effet contraire à celui attendu.

Inutile également de la flatter, comportez-vous de manière tout à fait normale et laissez-le faire son analyse lui-même. Ensuite seulement, vous pourrez éventuellement échanger afin de comprendre cette analyse.

Comment contester une expertise ?

Si le rapport de l’expert n’est pas en votre faveur et que vous jugez que cela n’est pas justifié, sachez qu’il existe des recours. Vous pouvez parfaitement faire appel à un expert qui ne sera cette fois pas celui mandaté par votre compagnie d’assurance, vous pouvez le choisir librement.

Cette contre-expertise permet d’avoir un deuxième avis afin de confirmer ou d’infirmer la décision initiale.

S’il apparaît que la deuxième expertise ne produit pas du tout les mêmes résultats, vous devrez en faire part à votre assureur. Celui-ci peut alors demander une nouvelle expertise qui sera réalisée par un expert choisi à la fois par la compagnie d’assurance et vous-même. Les conclusions de ce troisième expert seront considérées comme définitives. Aussi, assurez-vous bien, si vous vous lancez dans une contestation d’expertise après un sinistre, de ne pas au final obtenir moins que ce qui vous était proposé la première fois.

 

À lire : Assurances, sont-elles obligatoires ou facultatives ?

 

Article précédent Le dog-sitting : le gardiennage de chien peut rapporter gros !
Article suivant Automobile : les Français de plus en plus nombreux à changer d'assureur
Plus de guides assurances
Réduisez vos factures grâce à nos conseils factures & services
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.