Arrondissez vos fins de mois grâce à... votre jardin !

Par Mustapha Azzouz | Mis à jour le 28/03/2022 à 17:30
Partager

Louer son bout de terrain, pourquoi pas ? De plus en plus de particuliers sautent le pas. Pour quelques heures ou pour une durée plus longue, la location de jardin est un vrai bon plan. Grâce à cette activité, vous pouvez toucher un revenu complémentaire non négligeable. Et ce, rapidement et facilement. Comment procéder ? Voici nos conseils.

Comment mettre son jardin en location ?

Tout le monde n’a pas la chance d’avoir ne serait-ce qu’un petit coin de verdure où se prélasser durant les belles journées d’été. Avec l’essor de l’économie collaborative – accélérée par la crise sanitaire –, les demandes de location de jardin abondent. C’est le moment ou jamais de saisir l’occasion !

Il existe une multitude de plateformes de mise en relation pour mettre votre jardin en location. Parmi eux, We Peps, Jardins privés, Prêter son jardin ou encore Planter chez nous. Vous pouvez aussi déposer une annonce sur un site généraliste. Cela étant, les sites spécialisés offrent une meilleure visibilité. En passant par ces derniers, vous augmentez donc vos chances de trouver preneur.

À noter : ne négligez pas les annonces papier
Les commerces de proximité sont également un bon moyen de vous mettre en avant. Rendez-vous chez votre boulanger, votre boucher ou encore à la supérette du coin. La plupart vous autoriseront sans doute à afficher votre annonce dans leurs locaux.

Les différentes manières de louer son jardin

En fonction du potentiel de votre jardin (emplacement, superficie, esthétique…) et des équipements pouvant être mis à disposition, différentes possibilités s’offrent à vous. En voici un petit aperç

Louer son potager

Poussés par l’envie de bien manger et la tendance des circuits courts, les personnes résidant dans un appartement sans balcon ni terrasse sont nombreuses à rêver d’un lopin de terre où faire pousser leurs propres fruits et légumes. Louer un carré de terre en guide de jardin partagé est de plus l’occasion de s’entraider et de partager son expérience en matière de cultures. Accordez-vous simplement sur l’entretien et le partage des récoltes.

Louer son terrain pour accueillir des chevaux

Vous possédez un grand terrain équipé d’écuries et de boxes inutilisés ? Cela peut grandement intéresser les propriétaires de chevaux en quête d’une structure d’accueil. La location peut être ponctuelle (à l’occasion d’une compétition ou d’une randonnée organisée à proximité) ou prévue pour une plus longue période. En pâturant, les chevaux entretiendront vos espaces verts de la manière la plus écologique (et économique) qui soit.

Louer sa piscine

Avec les étés caniculaires à répétition, la demande de location de piscine est toujours plus forte. Certains cherchent à partager un moment agréable en famille ou entre amis. D’autres souhaitent déserter les piscines municipales et profiter d’un lieu plus calme. 

Bon à savoir : piscine enterrée obligatoire
C’est l’une des conditions à remplir pour pouvoir louer votre piscine. Celle-ci doit aussi être équipée d’au moins un système de sécurité parmi ces quatre : barrière de protection, alarme sonore, bâche, abri.

Louer son jardin pour des événements particuliers

Anniversaire, retrouvailles en famille, réception de mariage ou de baptême, séance photo… De nombreuses occasions spéciales se prêtent à la location de jardin. À vous de définir précisément les événements pouvant être organisés au sein de votre propriété.

Louer son jardin comme espace de stockage

Si vous disposez d’un vaste abri inexploité, vous pouvez faire des heureux parmi les propriétaires de biens volumineux (camping-cars, food-trucks, motos, remorques de voiture…). 

Louer son jardin : l’importance du contrat

La location de jardin fait nécessairement l’objet d’un contrat de louage. Outre les noms et coordonnées des deux parties (loueur et locataire), ce contrat doit comporter un certain nombre d’informations, telles que :

  • L’adresse du lieu ;
  • Un descriptif détaillé du jardin (taille, disposition, éléments le composant) ;
  • Une liste des équipements s’y trouvant et mis à disposition (barbecue, transats, chapiteau, par exemple) ;
  • La durée de location (demi-journée, journée complète, soirée, voire au mois ou à l’année dans le cadre d’une location de potager), avec dans tous les cas les horaires d’accès ;
  • Le montant du service ou du loyer et les modalités de règlement.

S’agissant d’une location à l’année, vous pouvez prévoir un contrat à durée déterminée ou indéterminée. Dans le second cas, le contrat peut être résilié à tout moment par l’une ou l’autre des parties, dans le respect du délai de préavis fixé contractuellement. Pour un potager, vous pouvez également ajouter au contrat des restrictions, portant par exemple sur :

  • La nature des plants ;
  • Les traitements (pas de produits chimiques ni de pesticides, agriculture biologique exclusivement…).

Revenus issus de l’économie collaborative et fisc

Comme pour tout service rémunéré, vous devez déclarer auprès de l’administration fiscale les recettes issues de la location de votre jardin. Et ce, dès le premier euro encaissé. En clair, elles doivent figurer sur votre déclaration de revenus. Car ces recettes sont susceptibles d’être imposées. Elles peuvent aussi être soumises à cotisations sociales.

Pour en savoir plus concernant le traitement de vos revenus perçus dans le cadre d'une activité relevant de l'économie collaborative, rapprochez-vous de l’URSSAF.

Et les assurances ?

Chacun est responsable des dommages qu’il peut causer au jardin ou à autrui (feu accidentel, blessure avec un outil, par exemple). Dans ce cadre, la garantie responsabilité civile – si vous en avez adossé une à votre contrat d’assurance habitation – entre en jeu. Cette garantie prend en charge la réparation des biens endommagés et les frais médicaux des victimes.

Louer son jardin permet de couvrir tout ou partie des frais liés à son entretien. Selon le rythme de location et les prestations proposées (celles-ci vont influer sur les tarifs), vous pouvez même faire du profit. Les tarifs relevés sur les plates-formes de location vont de 40 €/jour pour un jardin « classique » de 100 m² à 350 €/jour pour un jardin de 1 000 m² avec piscine.

Article précédent Tests de produits de beauté : un vrai bon plan pour les femmes !
Article suivant Un couple remporte 500.000 euros et décide de le cacher à leur fils
Réduisez vos factures grâce à nos conseils finances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.