Repas à emporter : comment réduire ses déchets ?

Par Mustapha Azzouz | Mis à jour le 15/07/2021 à 15:52
Partager

À l’heure de la transition écologique, réduire ses déchets est l’affaire de tous. Au quotidien, cela passe par des gestes simples. Si vous avez l’habitude de déjeuner à l’extérieur, il est temps, si ce n’est déjà fait, d’adopter ces réflexes verts (ou presque) !

Les écogestes à retenir si je prépare moi-même mes repas

Rien que le fait de préparer votre repas au lieu d'opter pour un plat à emporter est un geste écologique en soi :

  • Vous limitez l’énergie liée à la production du repas.
  • Vous choisissez votre contenant et évitez l'emballage à uage unique.

En prime, vous savez grosso modo ce que vous ingérez et vous faites aussi des économies. C’est bien connu, les repas faits maison coûtent toujours moins cher !

En matière de contenant, 2 options ont fait leurs preuves.

La lunchbox

On ne la présente plus ! Réutilisable à volonté, étanche et parfois même isotherme – pour garder vos repas bien au chaud –, la lunchbox est un récipient pratique à bien des égards. Une fois rentré à la maison, il vous suffit de la placer au lave-vaisselle. Vous limitez donc votre consommation d’eau.

Le must ? La lunchbox se décline sous différentes formes et tailles pour s’adapter parfaitement à son contenu et, accessoirement… à votre faim : grand format, petit format, un, deux ou trois compartiments...

Bien sûr, on privilégie les matériaux durables, à l’instar du verre et de l’inox (100 % ou bi-matière, avec un couvercle en bambou par exemple). Non seulement ces matériaux tiennent bien mieux dans le temps en comparaison du plastique, mais ils sont aussi plus sains et recyclables à l’infini. S’ils sont plus chers à l’achat, vous aurez vite fait de les amortir.

Il va de soi que le verre reste le matériau le plus fragile. En cas de choc violent ou de chute, la casse est quasi inévitable. Par mesure de précaution, et/ou si vous avez tendance à être maladroit, limitez les frais en vous tournant d’office vers l’inox ou le Pyrex !

Si vous pensez réchauffer vos plats au micro-ondes, assurez-vous avant achat que la lunchbox est bien compatible. Cuitisan (marque allemande) est aujourd’hui l’une des rares marques à distribuer des lunchbox en inox spécial micro-ondes.

Inconvénient : les couvercles sont en plastique. Ils ont toutefois l’avantage d’être exempts de Bisphénol A (BPA), un composé organique dont les effets sont toxiques pour l’organisme.

La liste d’aliments et de préparations que vous pouvez mettre dans votre lunchbox est illimitée : fruits frais, poêlée de légumes, soupes, potages, produits laitiers, pâtes, pain, viande, hachis parmentier, lasagnes, wraps et même sandwichs... pour ne citer que quelques exemples !

La pochette à sandwich

Une chose est sûre, cette pochette va faire de l’œil à vos casse-croûtes maison et autres viennoiseries (achetées sans emballage) ! Moins célèbre que la lunchbox, elle gagne à être connue.

Conçue le plus souvent en coton, la pochette à sandwich est lavable en machine. Elle se mêle donc à votre linge ni vu ni connu (pas de lavage à la main = économies) et peut être réutilisée maintes et maintes fois.

Forcément, le tissu se fatiguera au fil du temps. Mais elle vous accompagnera jusqu’à l’usure (plus ou moins 6 ans, en fonction de la fréquence d’utilisation). C’est une belle solution de remplacement au cellophane et au papier alu !

Si vous êtes à la fois adepte du Do it yourself (DIY) et doué en couture, pensez à fabriquer votre pochette à sandwich vous-même ! Plutôt novice ? Pas de problème : aidez-vous de tutos en ligne. Quoiqu’il en soit, vous créerez un modèle unique. Vous pourrez aussi choisir la meilleure qualité du tissu afin de prolonger la vie de votre création, et ainsi faire toujours plus d’économies. Quoi de mieux pour se démarquer ?

Les écogestes à retenir si je suis contraint d’acheter mon repas

Par manque de temps ou tout simplement parce que l’on n’avait pas spécialement prévu de manger hors de chez soi, un repas à emporter peut s’imposer. Évidemment, la promesse du zéro déchet au bureau est ici toute relative. Mais certaines références et adresses peuvent être plus écolos que d’autres. Il en existe même des 100 % vertes…

Le cas des plats cuisinés industriels

Si vous pouvez éviter les plats préparés vendus en grande surface, c’est mieux. Si vous n’avez vraiment pas le choix, cantonnez-vous aux produits les plus « soft », c’est-à-dire ceux présentant le moins d’emballages et suremballages possible.

Proscrivez aussi ceux renfermant des ustensiles et contenants plastifiés, type couverts, pailles et autres flacons de vinaigrette. Voilà pourquoi il est toujours utile d’avoir ne serait-ce qu’une fourchette et une cuillère sur soi… Mais avouons-le : on y pense trop rarement !

Le cas des commerçants « traditionnels »

Boulangeries, pâtisseries, pizzerias, kebabs… chez les commerçants de rue, difficile de consommer sans produire de déchets, mais pas impossible ! Il suffit d’avoir un minimum d’audace.

Si vous refusez aimablement que le commerçant emballe votre repas dans ses éternels emballages en carton ou en plastique et que vous demandez, de manière tout aussi sympathique, à les troquer contre votre lunchbox, votre pochette à sandwich ou tout autre contenant réutilisable, il lui sera difficile de s’y opposer. Surtout sachant que cela aura un impact positif sur l’environnement.

Pour minimiser cet impact, nous devrions être plus nombreux à tout simplement « oser » !

Pique-nique, repas sur le pouce improvisé, petite faim inopinée… ces solutions (quasi) zéro déchet se déclinent à toutes les sauces. Il suffit d’être prévoyant, ou tout simplement d’être attentif. Écolo un jour, écolo toujours !

Article précédent Crème solaire : astuces pour protéger la peau des UV
Article suivant Vous buvez du café ? Voici une bonne raison de continuer
Plus de guides santé & bien-être
Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.