Comment se protéger des ondes électromagnétiques ?

Par Mustapha Azzouz | Mis à jour le 14/06/2022 à 11:00
Partager

À la maison, au travail, dans l’espace public… les ondes électromagnétiques sont partout. Les effets néfastes sur la santé à long terme ne sont pas avérés, mais comme le dit le proverbe, mieux vaut prévenir que guérir. S’il est impossible d’éliminer ces ondes, vous pouvez tout au moins vous en protéger partiellement. Comment se protéger des ondes électromagnétiques ? On vous dit tout !

Qu’est-ce qu’une onde électromagnétique ?

Les ondes électromagnétiques sont émises par un courant électrique à haute fréquence circulant dans un conducteur métallique. À l’intérieur de ce conducteur, les ondes vont et viennent à la vitesse de la lumière. Un champ électromagnétique se forme alors. On parle de rayonnement.

Pour schématiser, une onde électromagnétique forme une vague. De la même manière qu’une vague à la surface de l’eau définit la variation de la hauteur d’eau, l’onde définit la variation des champs électriques et magnétiques à partir d’un point donné. Elle est caractérisée par quatre éléments :

  • Son amplitude (hauteur de la vague) ;
  • Sa fréquence (nombre de vagues présentes) ;
  • Sa longueur (distance entre le sommet de deux vagues successives) ;
  • Sa puissance (plus une vague est haute, plus l’onde est puissante).

Les appareils émettant des ondes électromagnétiques

Nombre d’appareils électroniques et électroménagers utilisent des ondes électromagnétiques. Celles-ci se mesurent en volt/mètre (V/m). Parmi les objets du quotidien, citons par exemple :

  • Les box internet (2,8 V/m) ;
  • Les téléphones fixes sans fil (0,4 V/m) ;
  • Les téléviseurs à écran plat et réfrigérateurs (moins de 0,05 V/m) ;
  • Les smartphones/iPhone 4G (4 V/m en appel vocal, 0,15 V/m en navigation internet) ;
  • Les tablettes (1,6 V/m en wifi) ;
  • Les ordinateurs portables (0,46 V/m sur chargeur et avec wifi activé) ;
  • Les manettes de jeu en Bluetooth (0,6 V/m) ;
  • Les fours à micro-ondes (3,1 V/m) ;
  • Les plaques à induction (parmi les plus émettrices, avec 30 V/m) ;
  • Les babyphones et enceintes Bluetooth (0,3 V/m) ;
  • Les voitures électriques (moins de 0,2 V/m en charge, moins de 0,01 V/m en roulant) ;
  • Les compteurs Linky (0,1 V/m) ;
  • Les ampoules basse consommation (3,6 V/m).

Bon à savoir : Des chiffres bien loin des normes de référence

En fonction des appareils, les valeurs limites fixées par la réglementation sont comprises entre 28 et 87 V/m. La marge entre ces normes et les valeurs réelles reste donc importante.

Les ondes électromagnétiques ont-elles un impact sur la santé ?

Voilà une question qui fait l’objet de multiples débats. Pour l’heure, la communauté scientifique n’est pas unanime sur la dangerosité des ondes électromagnétiques. L’Organisation mondiale de la santé (OMS) les a tout de même reconnues, en 2011, comme potentiellement cancérogènes pour l’homme. Par précaution, et en attendant des études plus poussées sur le sujet, mieux vaut donc user de précautions.

Nous allons voir qu’à cet effet, il n’est pas forcément nécessaire de dépenser de l’argent…

Ondes électromagnétiques : comment s’en protéger ?

Éliminer les ondes électromagnétiques relève de l’impossible. Vous pouvez, en revanche, limiter votre exposition.

Les réflexes à adopter au quotidien 

Bien utiliser son smartphone

Si vous avez l’habitude de téléphoner longtemps, il est préférable d’utiliser un kit mains libres. De la sorte, vous limiterez le risque de tumeur cérébrale lié à une exposition prolongée de votre téléphone contre votre oreille.

Choisir un smartphone à faible DAS

Le choix d’un smartphone à faible débit d’absorption spécifique (DAS) est également judicieux. Cet indicateur définit le niveau d’émission du téléphone, et donc, la quantité d’ondes susceptibles d’être absorbées par le corps humain. Le DAS tient compte de l’impact des ondes sur les tissus du tronc, des membres et de la tête. Il s’exprime en watt/kilogramme (W/kg). Plus l’indice est faible, moins le mobile émet d’ondes.

À noter : quelques appareils à faible DAS

Parmi les mobiles les plus récents, nous pouvons citer le Samsung Galaxy Note 10+, le Xiaomi Redmi Note 9, ou encore le Huawei P40.

Couper son wifi

Laisser le réseau wifi en fonction sur vos appareils alors que vous ne vous en servez pas revient à laisser inutilement circuler les ondes. Pensez en particulier à couper le wifi le soir, avant de dormir.

S’éloigner du four à micro-ondes

Le four à micro-ondes n’est pas toujours étanche à 100 %. Une partie des ondes censées rester confinées à l’intérieur peut ainsi fuir. Lorsqu’il est en fonctionnement, pensez donc à vous tenir à bonne distance.

A lire aussi : les erreurs à ne pas faire quand on réchauffe au micro-onde.

Les objets et vêtements « anti-ondes »

La femtocell

Derrière ce drôle de nom anglophone se cache un mini-émetteur domestique permettant de partager la connexion internet d’une box ADSL par l’intermédiaire d’un réseau  4G ou 5G local. Comparé à une antenne-relais, ce système émet beaucoup moins d’ondes, tout en optimisant la couverture. Les femtocells sont proposés par certains fournisseurs d’accès internet. Comptez une vingtaine d’euros de frais d’activation.

Le patch anti-ondes

Plus original, le patch anti-ondes agit comme une antenne passive. Il se colle directement au dos de votre mobile. Inventé par des Français et commercialisé sous le nom de Fazup, ce patch nouvelle génération réduirait votre exposition aux ondes électromagnétiques jusqu’à 96 %. Le tout, sans impacter la qualité du signal. Vous pouvez trouver ce dispositif dans le commerce (par exemple, dans les enseignes d’électroménager/multimédia comme Boulanger) ou directement sur le site officiel, au prix de 33 € l’unité (prix dégressifs suivant la quantité commandée).

Le boxer anti-ondes

Selon une étude israélienne, la moitié des hommes gardant leur mobile dans leur poche verraient la qualité de leur sperme altérée. Le taux de spermatozoïdes serait même parfois insuffisant pour la reproduction. Face à ce constat, trois Français ont mis au point un boxer utilisant la technologie Silvershell. Les fils argentés qui le composent repousseraient 99 % des ondes issues des téléphones portables. Pour vous offrir ce boxer (deux gammes existent : « Joyeux » et « Précieux »), comptez entre 30 et 45 €.

La peinture anti-ondes 

Grâce à l’ajout de particules ou de fils métalliques, elle permet d’atténuer les ondes basses ou hautes fréquences. Son efficacité est prouvée. Le seul inconvénient reste son prix : en moyenne, 38 à 50 €/litre pour une peinture anti-ondes basses fréquences et 44 à 54 €/litre pour une peinture anti-ondes hautes et basses fréquences.

Limiter la pollution électromagnétique dans son environnement tient finalement à peu de chose. Adaptez ces reflexes dans votre quotidien afin de vous protéger de l'exposition aux ondes électromagnétiques

Article précédent Crème solaire : astuces pour protéger la peau des UV
Article suivant #OneChipChallenge : encore un nouveau défi débile et dangereux sur TikTok
Plus de guides santé & bien-être
Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.