Comment préparer l'épargne de son enfant selon son âge ?

Par Mustapha Azzouz | Mis à jour le 28/03/2022 à 16:12
Partager

Financement des études, du permis de conduire, constitution d’un apport pour ses projets d'adulte... L’épargne est un bon moyen d’aider vos enfants. Suivez nos conseils pour placer au mieux les petits chèques reçus ou programmer un versement régulier.

Quel livret d’épargne ouvrir à son enfant ?

Lorsque bébé naît, les livrets d’épargne sont la première option à envisager. Pour préparer l’épargne de son enfant, dès sa naissance, il est ainsi possible d’ouvrir : 

Un Livret A

C’est la solution d'épargne la plus populaire en France. Un versement de 10 € permet l’ouverture de ce compte plafonné à 22 950 € (hors capitalisation les intérêts). Les sommes épargnées sur le Livret A sont exonérées d'impôts et de cotisations sociales.

Jusqu’à ses 16 ans, votre enfant devra vous demander une autorisation avant d'effectuer un retrait. Il pourra ensuite disposer de ses économies comme bon lui semble. Toutefois, avec un taux de rémunération à 0,50 % depuis le 1er février 2020, le Livret A a grandement perdu de son intérêt puisqu'il ne permet même pas de compenser l’inflation.

Le Compte Épargne Logement (CEL)

Pour ouvrir un CEL, il faut déposer au moins 300 €. Par la suite, chaque versement devra atteindre 75 €.  Plafonné à 15 300 € (hors capitalisation des intérêts), le CEL affiche un taux de rémunération à 0,25 % et donne ensuite accès à un prêt immobilier à taux réduit. L’argent est disponible à tout moment mais l’accord du représentant légal pour tout retrait est obligatoire jusqu’à 18 ans.

S'il est impossible de savoir quel sera le niveau des taux d'intérêt quand votre enfant pourra profiter de son barème privilégié, le faible rendement du CEL le rend peu intéressant. Sans compter que les sommes générées par ce compte sont soumises au prélèvement forfaitaire unique de 30 %.

Le Plan d’Épargne Logement (PEL)

Un PEL ne peut être ouvert pour plus de 15 ans. Un versement de 225 € est exigé à la signature. Il faudra ensuite l’enrichir à raison d’un minimum de 540 €/an. Attention, après 10 ans, il est impossible de continuer à effectuer des versements. Les fonds d’un PEL (maximum de 61 200 € hors intérêts) restent toujours disponibles.

Avant ses 18 ans, le mineur aura besoin de l’accord d’un représentant pour retirer de l’argent d’un PEL. Toutefois, sachez que tout retrait entraîne la fermeture du plan. Le taux de rémunération à 1% et le prélèvement unique forfaitaire sur les intérêts le rendent peu rentable. 

Les établissements bancaires proposent également des comptes épargne maison. Leur rémunération est décidée en interne et s’avère bien souvent supérieure au taux décidé par le gouvernement. Chaque banque a ses propres spécificités. En revanche, les intérêts générés seront immanquablement soumis à l’impôt sur le revenu. 

Le Plan Épargne Retraite, une solution d’avenir ?

Créé en 2019, le Plan Épargne Retraite (PER) individuel est ouvert à tous. Établissements bancaires et compagnies d’assurance peuvent le proposer. Il peut s’agir d’un PER individuel d’investissement avec ouverture d’un compte-titre ou d’un PER individuel d’assurance.

Cette épargne à très long terme peut être débloquée avant la retraite, notamment pour l’acquisition d’une résidence principale. Pour les parents, c’est un bon moyen de défiscaliser puisque les sommes versées sur un PER sont déductibles du revenu imposable.

La rentabilité d’un PER dépend de l'établissement choisi. N’oubliez pas de jeter un œil aux frais de gestion pour préserver un rendement optimal.

Comment ouvrir une assurance-vie à son enfant ?

L’assurance-vie est également un bon moyen de préparer l’épargne de son enfant dès son plus jeune âge. Les versements sont libres et peuvent s’adapter à vos besoins. En ouvrant l'assurance-vie avant les 10 ans de votre enfant, vous lui permettrez d’avoir dépassé les 8 ans de contrat nécessaires à l’accès aux retraits non imposés. Même avant cette échéance, les fonds seront disponibles à tout moment.

Pour ouvrir une assurance-vie à un enfant de moins de 12 ans, la signature des deux représentants légaux est obligatoire. Le mineur doit également donner son consentement. Vous pouvez également joindre un pacte adjoint afin de bloquer le capital jusqu’à une date définie et de préciser les utilisations de l’épargne (études, achat d’un véhicule, etc).

Pour que l’assurance-vie affiche un bon rendement, il faut trouver un contrat mêlant fonds euros et unités de compte afin de bénéficier d’investissements variés avec différents niveaux de risque. 

Quand ouvrir un livret jeune ?

Le Livret Jeune est accessible entre 12 et 25 ans. Son rendement dépend des banques et sera obligatoirement supérieur à celui du Livret A. C’est un bon moyen d’échapper à l'impôt et aux prélèvements sociaux mais son plafonnement à 1 600 € laisse peu de marge de manœuvre. L’autorisation du représentant légal sera nécessaire pour les sorties d’argent avant 16 ans. Entre 16 et 18 ans, l’enfant peut effectuer des retraits sauf opposition des responsables.

Bon à savoir : un compte courant pour gérer son argent

Pour apprendre à votre enfant à gérer son argent, vous pouvez lui ouvrir un compte courant dès ses 16 ans. Il pourra alors posséder un chéquier et une carte de paiement. Attention toutefois, les représentants légaux seront tenus responsables en cas d’incident sur le compte.

Des produits boursiers pour l’épargne de votre enfant

Investir en bourse peut aussi être une bonne idée pour diversifier l’épargne de son enfant. Bien sûr, cela présente des risques mais, s’agissant d’un placement à long terme, cela permet de les limiter. Deux options sont à privilégier :

Le Plan d’Épargne en Actions (PEA Jeune)

Il est accessible aux enfants de 18 à 25 ans même lorsqu’ils sont rattachés au foyer fiscal des parents. Il est plafonné à 20 000 €. Le PEA Jeune pourra se transformer en PEA classique et permettre des versements pouvant totaliser 150 000 €. Avant 5 ans de détention, le PEA est soumis au prélèvement forfaitaire unique. Une fois ce délai passé, seules les cotisations sociales sont dues. 

Le Compte-Titres Ordinaire (CTO)

Le principe du CTO est le même que celui du PEA. Toutefois, s’il a l’avantage de ne pas être plafonné, il doit être soumis à l'impôt sur le revenu du foyer fiscal ou au prélèvement forfaitaire unique.

Pour aider au mieux vos enfants à prendre leur envol, pensez à leur constituer des économies le plus tôt possible. Plusieurs options sont à votre disposition pour diversifier leurs actifs et leur préparer une épargne, dès la naissance. 

Article précédent Que faire d'une rentrée d'argent exceptionnelle ?
Article suivant Le taux du livret A inchangé au 1er novembre
Plus de guides épargne
Réduisez vos factures grâce à nos conseils finances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.