Nos solutions pour bien investir à 30 ans

Par Fabienne Cornillon | Mis à jour le 23/12/2021 à 14:55
Partager

À 30 ans, on ne pense pas nécessairement à l’avenir. Et pourtant, l’avenir appartient à ceux qui se lèvent tôt… et qui commencent à investir tôt. Vous souhaitez sans attendre trouver les meilleurs investissements à réaliser à 30 ans ? Suivez les Radins.

Les raisons d’investir dès 30 ans

Pourquoi attendre pour investir si vous en avez la possibilité dès l’âge de 30 ans ? Si l’on estime que l’âge de votre retraite est de 62 ans, cela vous laisse 32 ans pour préparer l’avenir. Plus vous le préparez tôt, plus vos investissements mensuels ou annuels sont faibles pour conserver un reste à vivre correct et plus votre retraite sera protégée.  

En investissant jeune, vous vous constituez un patrimoine financier ou immobilier et pouvez ainsi contrer les pertes de revenus à la retraite. Cela vous permet d’imaginer profiter pleinement de ce nouveau moment de liberté tout en réalisant tous vos projets.

Mais investir permet également de préparer un avenir plus proche. Si vous avez des enfants, cela vous permet de financer leurs études ou de pouvoir les accompagner en cas de problèmes financiers.

Comment investir à 30 ans

Les solutions pour investir dès 30 ans ne manquent pas. Faisons un tour d’horizon pour trouver celles qui seront le mieux adaptées à votre situation.

Acheter sa résidence principale

La première solution pour investir et bien préparer l’avenir est d’acheter votre résidence principale à 30 ans. Même avec un crédit sur 25 ans, cela vous permet de vous assurer que vous ne paierez plus ni crédit ni loyer au moment de la retraite, un point essentiel pour conserver un pouvoir d’achat élevé et contrer la diminution de vos revenus.

Faire un investissement locatif

Vous pouvez choisir d’acheter votre résidence principale et de réaliser un investissement locatif, ou de rester locataire et d’investir dans une ville où les prix sont moins élevés. Cela permet une fois de plus de constituer votre patrimoine. Toutefois, l’avantage de l’investissement locatif réside dans le fait que ce sont vos locataires qui vont financer une grande partie de votre crédit, c’est un point à prendre en considération.

Beaucoup de ménages attendent pour investir dans le locatif. Toutefois, cela peut être un mauvais calcul. En effet, à 30 ans, vous êtes souvent en bonne santé. Aussi, vous avez la possibilité de réduire le coût total de votre crédit en payant votre assurance emprunteur moins cher. Le prix de celle-ci évolue selon l’état de santé, mais aussi selon l’âge. Elle est bien plus chère à 40 ans qu’à 30 ans, pensez-y.

À lire : faut-il acheter sa résidence principale ou investir dans un bien en location ?  

Ouvrir une assurance-vie

L’assurance-vie est un investissement idéal à 30 ans. Pourquoi ? Simplement parce que c’est un placement que vous pouvez alimenter quand bon vous semble et qu’il s’agit d’un placement à long terme. En effet, il n’est pas recommandé d’effectuer des retraits avant 8 ans, la fiscalité sur ces retraits étant plus lourde. Avec l’assurance-vie, vous choisissez vos supports, plus ou moins risqués, et alimentez votre épargne dès que vous le pouvez, sans contrainte. Si vous prévoyez une assurance-vie pour la retraite, cela vous laisse la possibilité d’augmenter votre capital grâce aux intérêts annuels.

Ouvrir un PEA (plan épargne en actions)

Le plan épargne en actions est un compte-titres qui offre la possibilité d’investir dans des actions françaises et européennes uniquement. Il est parfait pour les investissements de long terme et s’adapte ainsi très bien à une personne de 30 ans. De fait, comme l’assurance-vie, les retraits avant 8 ans ne sont pas avantageux.

Ouvrir un PER (plan épargne retraite)

Le PER est typiquement un placement à long terme. Ouvrir un plan épargne retraite à 30 ans est une parfaite idée dans la mesure où vous pouvez investir des sommes raisonnables sur plus de 30 ans. Plus il est ouvert tard, plus il est nécessaire d’épargner beaucoup pour atteindre vos objectifs.

De plus, vous pouvez verser jusqu’à 10 % de vos revenus professionnels et les déduire de votre impôt sur le revenu. Mieux, si votre employeur vous ouvre un PER, il abonde de 100 % à 300 % de votre épargne.

Notez que vous pouvez débloquer votre épargne en cas d’acquisition de votre résidence principale, de décès du conjoint, de chômage longue durée, etc.

Miser sur le compte-titres

Le compte-titres, contrairement au PEA, ne se limite pas aux investissements nationaux et européens. Vous pouvez acheter des titres et des valeurs mobilières diversifiez pour répartir les risques. S’il ne présente pas d’avantage fiscal, il permet de vous constituer un patrimoine tout au long de votre vie à votre rythme.

Songer à créer une épargne de précaution dès 30 ans… voire avant

N’oubliez pas qu’il est aussi important dès 30 ans de vous constituer une épargne disponible. Songer à l’avenir lointain est important, certes, mais vous devez pouvoir faire face aux imprévus. Épargner sur un livret A ou un LDDS permet d’avoir toujours de l’argent de côté. Au-delà des imprévus, ce capital peut vous servir à donner vie à vos projets. Contrairement au PEL, un retrait sur le livret A et le LDDS n’implique pas la fermeture de votre compte épargne.

À lire également : préparer sa retraite quand on est jeune. 

Article précédent Que faire d'une rentrée d'argent exceptionnelle ?
Article suivant Le taux du livret A inchangé au 1er novembre
Plus de guides épargne
Réduisez vos factures grâce à nos conseils finances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.