Épargne logement : comment ça marche ?

Par Florian Billaud | Mis à jour le 30/09/2021 à 14:22
Partager

Il existe aujourd’hui de nombreux placements bancaires. Mais lorsqu’on envisage dans un avenir assez proche un achat immobilier ou des travaux de rénovation, mieux vaut se tourner vers une bonne épargne logement. Nous vous proposons aujourd’hui de décrypter pour vous les deux types de produits auxquels vous pouvez souscrire.

L’épargne logement, comment ça marche ?

Il existe actuellement deux types d’épargne logement : le CEL, pour Compte Épargne Logement, et le PEL, pour Plan d’Épargne Logement, qui ont tous deux pour but de placer son argent en vue d’un projet immobilier. L’idée est de bloquer une somme afin de se constituer un apport, qui sera ensuite utilisé lors de la signature du prêt immobilier.

Afin de convaincre leurs clients d’épargner, les banques offrent plus d’avantages lors de la signature d’un prêt immobilier pour les personnes détenant un PEL ou un CEL. Il s’agit en général de meilleures conditions en termes de taux et de possibilité d’emprunt.

Comment fonctionne le PEL ?

Ce dernier fonctionne comme n’importe quelle autre épargne, c’est-à-dire qu’il permet d’y placer une somme et de bénéficier d’un taux d’intérêt sur une période donnée. Celui-ci y est fixe et la durée arrêtée pour 4 à 10 ans.

Seule différence : un dépôt initial de 225 euros est obligatoire, et 540 euros doivent venir s'y ajouter chaque année (en versement mensuel, trimestriel, semestriel ou annuel). En cela, le PEL peut être vu comme une épargne forcée, idéale pour mettre de côté sans y penser pour son projet immobilier. Il ne peut dépasser 61 200 euros d’épargne.

À la fin de ces années d’économies, le montant est disponible pour un projet immobilier (résidence principale) et offre un taux préférentiel pour le financement bancaire du bien.

Comment fonctionne le CEL ?

Contrairement au PEL qui bloque l’argent pour une période donnée, le CEL vous laisse libre de toucher à votre épargne à tout moment (en respectant cependant certains montants et plafonds). Son taux (0,25 %) se montre moins intéressant qu’un livret A. En revanche, le CEL offre de nombreux avantages en termes de crédits travaux, et permet de toucher une prime versée par l’État pour certains types de travaux.

Comme pour le PEL, une somme minimale de 300 euros est exigée à son ouverture. C’est également le montant qui doit y être en permanence pour assurer sa création et son bon fonctionnement. Mais contrairement au PEL, la somme totale ne peut dépasser les 15 300 euros.

Comment ouvrir un compte épargne logement ?

Il est possible de détenir un CEL ainsi qu’un PEL, à condition que les deux soient dans la même banque. Il est en revanche interdit d’ouvrir plusieurs CEL ou PEL, au risque de perdre tout le bénéfice acquis. Pour ouvrir un PEL et/ou un CEL, il suffit d'en faire la demande lors d’un rendez-vous avec son conseiller bancaire.

Il est également à noter que seules les banques reconnues par l’État peuvent proposer ce type de produits financiers. Elles doivent en effet signer une convention avant d’être autorisées à les faire contracter par leurs clients.

Les offres d’épargne logement sont des produits bancaires de qualité lorsqu’un projet immobilier est envisagé. Reste à déterminer si vous pouvez bloquer une somme pendant plusieurs années, ou si vous préférez jouer la prudence et choisir de pouvoir y toucher pendant toute la durée de l’épargne.

Article précédent Que faire d'une rentrée d'argent exceptionnelle ?
Article suivant Épargne : collecte négative pour les livrets A et LDDS en octobre 2022
Plus de guides épargne
Réduisez vos factures grâce à nos conseils finances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.