On voit fleurir en magasins des vins commercialisés avec le label « Agriculture Biologique ». Pourtant, cette distinction reste absente sur les étiquettes de la plupart des grands crus français. Nos vins les plus respectés ne seraient donc pas issus de l’agriculture biologique ?

La mode du vin bio

Le bio n’a pas seulement envahi l’industrie agro-alimentaire. En effet, les étalages des grandes surfaces ont vu fleurir de nombreux vins au label « Agriculture Biologique » ces dernières années. Plus qu’une mode passagère, le bio devient aujourd’hui un choix de vie pour les consommateurs et un nouveau business pour les distributeurs et commerçants. 

Même le vin a été contaminé par le « tout bon tout bio ». Pour les vins « biologiques », le succès est garanti, puisque leur part croît de 20 % en moyenne chaque année dans l’hexagone. Pourtant, les grands crus sont souvent aux abonnés absents. Cela signifierait-il que nos plus grands vins français ne sont pas issus de l’agriculture biologique ? Heureusement non !

Les dessous des grands crus

Plusieurs raisons expliquent cette absence de label sur les étiquettes. Tout d’abord, de nombreux grands crus ont une étiquette connue dans le monde entier, au point qu’y apposer de nouveaux symboles et labels ne serait pas utile – et parfois assez coûteux. 

Autre explication : les grands crus français sont pour la plupart issus de l’agriculture biologique (au moins partiellement), et ce bien avant la mode du bio pour un certain nombre d’entre eux ! Leur réputation n’est plus à faire, bien que des techniques nouvelles soient employées pour aller toujours plus loin vers l’excellence. 

Depuis des années, un certain nombre de grands crus se sont employés à développer des méthodes totalement biologiques, non pas dans un souci marketing ou pour une question de label, mais bien dans l’objectif d’améliorer la saveur de leurs produits. Une initiative soutenue par de nombreux dégustateurs et œnologues, pour qui le goût est intimement lié au procédé de fabrication : plus il est naturel, meilleur il sera.

Une différence selon les cépages

Il existe bien évidemment des différences de culture selon les cépages et les régions. L’exemple le plus flagrant est celui de la différence entre les vins bordelais et bourguignons. Ces derniers privilégient généralement le travail du vin en vigne, là où les Bordeaux axent davantage leur travail sur les lieux de vinification (appelés chais). De ce fait, il est plus simple pour les vins de Bourgogne d’adapter peu à peu leur processus dans un contexte d’agriculture biologique. 

Qu’il s’agisse d'un cru de Bourgogne ou de Bordeaux, les producteurs ne prennent pas de risques. Ainsi, ils ont progressivement converti leurs vignes au bio : un procédé logique, qui vise à respecter des terrains fragiles. Ces techniques se sont révélées concluantes, puisque chaque région effectue depuis des années une transition tranquille vers l’agriculture biologique, la plupart des grands crus étant depuis longtemps en phase de test – pour le plus grand plaisir de nos palais !

Alors, bio ou pas ?

Label bio ou non, les grands vins de France sont pour la plupart issus aujourd’hui de l’agriculture biologique, ou tendent à le devenir dans les prochaines années. L’évolution ne peut se faire d’une traite, afin de préserver les vignes de ces exploitations de renom, et parce que les méthodes de production diffèrent selon les régions et cépages. 

Les exploitations reposant sur des vignes ont plus de facilités à passer au tout bio, bien que les autres ne soient pas en reste. En effet, le travail au chai a nécessité de nombreuses évolutions technologiques depuis des décennies, évolutions qui nécessitent encore quelques ajustements pour être aux normes actuelles du bio. 

Vous pouvez être rassuré : la majorité de nos grands crus sont bio, et d’autres le deviendront dans les années à venir !

Article précédent Les magasins de proximité : faut-il y aller quand on veut faire des économies ?
Article suivant Origin score : le « nutri-score » de l’origine des produits ?
Plus de guides dépenses du quotidien
Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.