Économiser en cuisine grâce à… la marmite norvégienne

Par Mustapha Azzouz | Mis à jour le 05/12/2022 à 10:08
Partager

Que l’on cuisine au gaz ou à l’électricité, cela représente des dépenses énergétiques de plus en plus importantes. La seule solution envisageable serait de passer moins de temps derrière les fourneaux et d’oublier les bons plats ayant longuement mijoté sur le feu… Mais difficile de se passer de bons plats maison ! C’est là que la marmite norvégienne intervient. Laissez-nous vous expliquer ce qui se cache derrière cette appellation exotique.

Qu’est-ce qu’une marmite norvégienne ?

La marmite norvégienne est à la fois un récipient de cuisine et un mode de cuisson. Créée en Norvège dans la seconde partie du 19e siècle, elle était autrefois composée d’une cocotte en fer battu étamé et de son couvercle, à placer ensuite dans une boîte faite en matériaux isolants. La laine, le foin, le feutre ou encore une couverture pouvaient être utilisés.

Désormais, des plats en fonte ou en terre cuite peuvent servir à la marmite norvégienne. 

Après avoir amorcé la cuisson au feu, il suffit de placer la marmite norvégienne dans sa boîte isolée, une fois l’ébullition atteinte. Le plat finira de cuire lentement avec la chaleur résiduelle.

Fini le gaspillage d’énergie en faisant mijoter votre plat sur un coin de votre plaque de cuisson ! Une fois hors du feu, la marmite norvégienne utilise 3 types de cuisson :

  • La conduction : l’isolant entourant les parois permet de conserver la chaleur à l’intérieur de la boîte ;
  • La convection : elle supprime la circulation d’air autour du plat et donc la perte de chaleur ;
  • Le rayonnement : en tapissant les parois intérieures de la boîte d’un matériau réfléchissant comme du papier aluminium, on augmente l’efficacité de la marmite.

En prime, la marmite norvégienne vous libère l’esprit puisque vous n’avez plus rien à surveiller. Votre plat n’accroche pas et rien ne brûle. 

Quelles préparations faire avec une marmite norvégienne ?

Grâce à sa cuisson lente et hors du feu, la marmite norvégienne permet d’économiser de l’énergie et donc de l’argent, mais aussi de préserver les saveurs des aliments.

Elle sera par conséquent parfaite pour la préparation de ragoûts ou de soupes. En revanche, les plats habituellement cuits au four ou les sauces nécessitant d’être remuées régulièrement ne pourront être cuisinés dans une marmite norvégienne.

 

Quelle durée de cuisson pour la marmite norvégienne ?

En adoptant ce nouveau mode de cuisson, vous devrez également penser à lancer vos préparations plus tôt.  

D’après le magazine la Maison Écologique, il faut prévoir les temps de cuisson suivants :

- 2 kg de pommes de terre coupées dans 2 litres d’eau : 1 min d’ébullition et 30 min de marmite (50 % d’énergie en moins) ;

- 300 g de carottes coupées dans 0,5 litre d’eau : 1 min d’ébullition et 50 min de marmite (50 % d’énergie en moins) ;

- 500 g de riz demi-complet dans 1 litre d’eau : 1 min d’ébullition et 30 min de marmite (40 % d’énergie en moins) ;

- 250 g de lentilles vertes dans 1 litre d’eau : 5 min d’ébullition et 90 min de marmite (70 % d’énergie en moins) ;

- 500 g de haricots secs coco dans 1,5 litre d’eau : 15 min d’ébullition et 130 min de marmite (50 % d’énergie en moins)

Bon à savoir : attention à la chaleur résiduelle

Lorsqu’une marmite norvégienne est bien conçue, le récipient perd très peu de chaleur. Pour ne pas vous brûler, utilisez toujours un torchon ou des maniques pour sortir votre cocotte de sa boîte. 

Comment fabriquer une marmite norvégienne ?

Vous pouvez tout à fait adopter la cuisson façon marmite norvégienne sans investir dans un modèle du commerce !

Choisir le bon ustensile

Ouvrez vos placards et choisissez un faitout ou une cocotte avec un couvercle parfaitement adapté. Votre récipient pourra être en fonte ou en inox. N’oubliez pas qu’il devra entrer dans votre boîte isolante. Avant de placer votre plat dans la boîte, il faudra l’entourer d’une serviette éponge ou d’une couverture pour combler les vides d’air. 

Trouver la boîte

Ses dimensions doivent être suffisamment importantes pour accueillir votre plat et elle doit posséder un couvercle. Faites un tour dans votre cave ou votre grenier pour dénicher une glacière inutilisée, un coffre, une malle, une boîte en bois ou un carton solide qui pourra devenir la pièce centrale de votre marmite norvégienne. 

Isoler votre boîte

Pour une cuisson optimale, n’oubliez pas de capitonner l’intérieur de votre contenant ainsi que son couvercle. Pour cela, choisissez un matériau ne craignant pas la chaleur. Vous avez plusieurs options :

  • couverture ;
  • plaid ;
  • couette ;
  • laine ;
  • mousse ;
  • paille
  • plaques de liège ;
  • galettes de chaises.

Une fois l’opération terminée, vous pouvez ajouter une couche de réflecteur. Couverture de survie, aluminium ou pare-soleil pourront convenir. Cette option est facultative. Pour éviter les débordements, placez un dessous de plat en liège ou une planche en bois au fond de votre boîte. Découvrez d'autres astuces de grand-mère côté cuisine !

Facile à utiliser et véritablement économique, la marmite norvégienne va changer vos habitudes dans la cuisine. Ce mode de cuisson doux et peu énergivore ravira autant les fins gourmets que votre budget.

Article précédent Découvrez nos astuces naturelles contre les aphtes
Article suivant Les 10 meilleurs produits anti-moustiques à avoir chez soi
Plus de guides santé & bien-être
Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.