Une personne sur six a déjà eu la maladie de Lyme

Par Anton Kunin | Mis à jour le 25/07/2022 à 16:00

Redoutée par les amateurs de promenades en forêt, la maladie de Lyme est très répandue. Une récente méta-analyse publiée dans la revue BMJ Global Health nous apprend que 14,5% de la population mondiale a déjà eu la borréliose de Lyme.

Spray anti-insectes
L'adoption de gestes de protection contre les tiques est vraiment importante lors de sorties en forêt.

L’Europe centrale, la région du monde où la maladie de Lyme est la plus répandue

Contracter la maladie de Lyme n’a malheureusement rien d’exceptionnel. En moyenne mondiale, 14,5% de la population l’a déjà eue. Le plus fort taux est observable en Europe centrale (20,7% de la population de cette région), devant l’Asie de l’Est (15,9%), l’Europe de l’Ouest (13,5%) et l’Europe de l’Est (10,4%). Les Caraïbes présentent quant à elles le taux le plus bas, 2% seulement, apprend-on d’une méta-analyse publiée dans la revue BMJ Global Health.

Pour arriver à ces résultats, les auteurs de cette méta-analyse ont retenu 137 études éligibles (sur un total de 4.196 qu’ils avaient identifiées de prime abord), puis ont regroupé les données de 89 d’entre elles. Ils ont par ailleurs conclu que le fait d’être un homme âgé de plus de 50 ans vivant à la campagne augmente le risque d’être piqué par une tique et donc de contracter cette maladie.

Dans votre département, êtes- vous à risque de piqûre de tique ?

Les piqûres de tiques sont un grand problème en France notamment. À tel point que l’Institut national de recherche pour l'agriculture, l'alimentation et l'environnement (INRAE) a récemment réalisé une véritable « carte des tiques ». Pour concevoir cette carte, les chercheurs se sont appuyés sur des données météorologiques et des données de l’environnement, comme le type de végétation et de sols, récoltées dans sept observatoires basés dans des régions qui caractérisent les différents climats de France métropolitaine. Des campagnes d’observation complémentaires de terrain ont aussi été réalisées.

Comme l’expliquait l’INRAE à l’occasion de la mise en ligne de cette carte, les tiques aiment les climats humides, les sols végétalisés et forêts de feuillus, les zones où les ongulés sauvages (animaux qui possèdent des sabots, comme les chevreuils) sont nombreux, et où l’altitude est inférieure à 1.000 mètres.

À lire aussi : Astuces naturelles et économiques pour enlever une tique

Article précédent Assurance-vie : des rendements prévus à la baisse
Article suivant Destination vacances : le palmarès 2023
Réduisez vos factures grâce à nos conseils factures & services
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.