Comment se réchauffer sans allumer les radiateurs ?

Par Mustapha Azzouz | Mis à jour le 05/11/2021 à 15:39
Partager

La hausse continue des prix de l’énergie incite un nombre croissant de ménages à avoir recours au système D pour limiter leur consommation. Comme eux, faites de substantielles économies en appliquant quelques conseils simples, mais efficaces !

Bien se couvrir

C’est une habitude à prendre ! À la maison, on aime généralement se mettre à l’aise en évitant d’accumuler les couches de vêtements. Seulement, dans ce cas, la tentation est grande non seulement de rallumer le chauffage, mais aussi de le faire tourner plus fort. Pulls, plaids, grosses chaussettes… n’hésitez pas à sortir tout l’arsenal ! En dernier recours, faites chauffer la bouillotte ou branchez votre coussin chauffant.

Faire entrer le soleil

Laisser à l’occasion ses volets à demi, voire complètement baissés pour préserver la chaleur intérieure n’est pas toujours une bonne idée. Lorsque les journées sont ensoleillées, ouvrez au contraire vos volets en grand ! Les vitres emmagasineront la chaleur et la restitueront naturellement dans votre habitation. Une solution écologique, économique et diablement efficace ! N’en oubliez pas pour autant d’aérer quotidiennement pour renouveler l’air intérieur.

Habiller astucieusement ses sols

De tous les types de sols, le carrelage est sans doute celui qui dégage le plus de froid. Même s’il s’apprécie pour sa facilité d’entretien, ce point peut au final être rédhibitoire. Si vos sols sont carrelés, pensez à les recouvrir totalement ou partiellement, ne serait-ce que dans les pièces principales.

Faire barrage au froid en installant des tapis

C’est la solution la plus simple et la moins coûteuse. Sous la table à manger ou la table basse du séjour, par exemple, un tapis réchauffera l’atmosphère tout en délimitant les espaces. Nul besoin d’investir dans un tapis hors de prix. À l’inverse, les tapis premiers prix seront très peu efficaces. Un modèle en sisal – matière isolante par nature – pourra parfaitement faire l’affaire. C’est un excellent compromis. Ces modèles de tapis ont de plus généralement une doublure isolante en caoutchouc qui vient renforcer leurs propriétés.

Les revêtements de sol pour lutter contre le froid

Plusieurs solutions s’offrent à vous. Du lino (choisissez-le suffisamment épais pour une meilleure efficacité) au parquet flottant, en passant par les fibres naturelles comme le sisal – oui, il se décline aussi en version revêtement ! –, le jute, le chanvre ou le jonc de mer, à vous de choisir en fonction de vos goûts et de votre budget.

Un nouveau matériau investit également peu à peu nos intérieurs : le nadura. Peut-être n’en avez-vous pas encore entendu parler ? Ses propriétés techniques ont de quoi séduire : il est ultrarésistant et chaud comme le bois !

Bon à savoir : composition, présentation et prix

Développé par l’entreprise suédoise Välinge, le nadura est basé sur la technologie Wood-Powder. 100 % naturel, il allie notamment les fibres de bois à des substances minérales. Il se présente sous forme de lames et sa méthode de pose est identique à celle du parquet flottant (clipsage). Son prix ? 49 € le m².

Calfeutrer ses portes et fenêtres

Comme le carrelage, le verre est un matériau froid par essence. Baisser les volets le soir venu ne suffit pas à bloquer l’air frais qui s’en dégage. S’il n’existe aucune solution pour pallier ce désagrément, vous pouvez contourner le problème en investissant dans des rideaux aux propriétés isolantes. En plus d’isoler thermiquement, certains rideaux techniques couvrent le bruit (isolation phonique). Parfait si votre logement se situe dans une rue passante !

En bas des portes extérieures, même chose : placez des coussins ou boudins prévus à cet effet afin de couper les courants d’air froid. Certains se fixent directement à la porte grâce à un système de bande velcro à coller. Ils se repositionnent ainsi automatiquement lorsque vous refermez la porte.

Enfin, si vos fenêtres sont anciennes et que leur étanchéité à l’air laisse à désirer, renforcez-les en appliquant un joint suffisamment épais au niveau de l’encadrement, voire un survitrage si elles sont munies d’un simple vitrage. Vous réduirez ainsi les ponts thermiques. En attendant de pouvoir investir dans de nouvelles fenêtres, cela fera la différence !

Se mettre aux fourneaux

On n’y pense pas forcément, mais la chaleur dégagée par le four et les plaques de cuisson réchauffe en partie l’habitation. Bien évidemment, cuisiner consomme de l’énergie, mais c’est l’occasion de faire d’une pierre deux coups : déguster de bons petits plats faits maison tout en tempérant la pièce. Une fois le four éteint, pensez à laisser la porte ouverte pour permettre à la chaleur résiduelle de se diffuser.

Appliquer une peinture isolante sur les murs

Vous pouvez trouver des peintures isolantes pour l’intérieur comme pour l’extérieur. Leur savant mélange de résines, de composants céramiques et de peinture acrylique permet aux infrarouges de se réfléchir et d’agir sur la conductivité thermique des matériaux. Cette peinture ne remplace évidemment pas une vraie isolation thermique, mais elle contribue à une meilleure maîtrise de la facture énergétique.

Décorer sa maison avec des couleurs et matières chaudes

À bas le gris, le bleu ou le vert et bonjour le jaune, le rouge ou encore le marron ! Les couleurs froides restent les bienvenues, mais par petites touches. L’idée est de réchauffer l’espace visuellement. De la même manière, préférez les meubles en bois ou bien en bambou plutôt qu’en métal ou en verre – des matériaux aussi froids à la vue qu’au toucher. Idem pour les tissus d’ameublement : la microfibre sera par exemple bien plus chaude en comparaison du (simili-)cuir. Enfin, pour rendre l’espace encore plus chaleureux, allumez quelques bougies ici et là. Cela fera son effet !

Bien sûr, au bout d’un moment, il faudra vous résoudre à allumer le chauffage. Surtout si les températures extérieures descendent. Rappelons que chauffer un minimum son habitation est essentiel : cela permet d’éviter les problèmes d’humidité et les dépenses de réfection qui en découlent, sans parler des répercussions sur la santé. Mais mises bout à bout, ces astuces vous permettront tout au moins de gagner en confort thermique, sans avoir à pousser le thermostat de votre chaudière !

Article précédent Free Troc Party : consommer sans dépenser ni polluer
Article suivant Inflation : 6 français sur 10 optent pour le « moins cher »
Plus de guides faire des économies
Réduisez vos factures grâce à nos conseils finances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.