Inflation : le prix de la viande de porc explose

Par Paul Laurent | Mis à jour le 24/08/2022 à 10:22

Jusque là épargné par la hausse des prix sur la viande, le prix du porc va croître significativement alors que l’offre peine à répondre à la demande.

viande, porc, cochon, inflation, coût, hausse, prix, France, offre, demande, production, élevage
Le 22 août 2022, le prix du kilo de porc a dépassé la barre symbolique de 2 €.

Flambée des coûts de production

Selon l’Institut national des statistiques et des études économiques (Insee), en juillet 2022, les prix de la viande ont fortement augmenté. Sur un an, la volaille a pris 14,6%, le bœuf 10,2% et l’agneau 10,5%. La viande de porc restait celle qui avait le moins augmenté, avec une hausse des prix sur un an de 7,3%. Cela ne va pas durer. Fin juillet 2022, le prix du kilo de porc a battu son record historique de mars 2001 à 1,86 € le kilo et au 22 août 2022, la barre symbolique de 2 € le kilo a été franchie.

La hausse des prix de la viande de porc est en grande partie due à la hausse des prix de production. En effet, le prix de la nourriture pour les animaux a bondi de 25% en un an. Sauf que les producteurs n’arrivent pas à répercuter la hausse des coûts de production sur les prix de vente et sont ainsi obligés de vendre à perte. Selon Carole Joliff, secrétaire générale de la Fédération nationale porcine (FNP), « les éleveurs perdent jusqu’à 40 € par porc », estime-t-elle dans L'Action agricole Picardie.

Diminution de l’offre de viande de porc

Ces pertes financières significatives ont poussé de nombreux éleveurs à changer d’activité. « Les 10.000 élevages de porcs que compte la France sont dans une situation dramatique. 10% d’entre eux se dirigent aujourd’hui vers une cessation d’activité dans les prochains mois et cette proportion pourrait grimper à 30% selon certaines estimations », explique l’interprofession Inaporc. Alors que la France produisait jusqu’à 106% de sa consommation de viande porcine, cette situation va demander au pays de se tourner de plus en plus vers l’importation.

En janvier 2022, le gouvernement avait lancé un plan d’urgence pour prévenir cette situation dans la filière porcine. L’ancien ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Julien Denormandie, avait débloqué une enveloppe de 270 millions d’euros pour venir en aide aux éleveurs de porcs. Or, la filière porcine aurait perdu 440 millions d’euros sur un an selon l’interprofession Inaporc. La grande distribution va être contrainte d’acheter la viande de porc plus chère aux producteurs. Elle va, en outre, devoir choisir si elle souhaite rogner sur les marges des produits concernés ou si elle souhaite répercuter cette hausse des prix sur le consommateur.

À lire aussi : Quelles sont les viandes les moins chères ?

Article précédent Lidl : le robot cuiseur de retour avant Noël
Article suivant Amazon Prime Day 2024 : quelles sont les dates et les promotions ?
Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.