Inflation : un coût de plus en plus grand pour les étudiants

Par Paul Laurent | Mis à jour le 16/08/2022 à 10:04

La Fédération des associations générales étudiantes (Fage) ainsi que l’Union nationales des étudiants de France (Unef) préviennent de la forte hausse des prix qui va toucher le monde étudiant pour la rentrée 20222-2023.

études, université, inflation, hausse des prix, frais, mutuelle
Pour l'Unef, la hausse des prix représente une dépense de 428,22€ supplémentaires par an.

Rentrée universitaire : une hausse du coût de la vie pour les étudiants

Entre la hausse des prix à la consommation, la revalorisation des loyers, la hausse des prix des mutuelles, ou encore la hausse des prix des transports, les étudiants ne sont pas épargnés par la tendance inflationniste. Et même plus que cela, selon la Fage et l’Unef qui expliquent que la hausse des prix pour la vie des étudiants augmente plus vite que l’inflation. Pour l’Unef, le coût de la vie pour les étudiants augmente de 6,47% sur un an. L'Unef explique en partie cette hausse des coûts de la vie universitaire par une trop petite revalorisation des bourses. Pour le syndicat étudiant, cela revient à une dépense annuelle supplémentaire de 428,22€, soit 35,70€ par mois.

Du côté de la Fage, l’ensemble des frais universitaires pour l’année étudiante 2022-2023 augmente de 7,38% sur un an. Rappelons qu’en juillet 2022, la hausse des prix à la consommation sur un an a augmenté de 6,1% selon l’Institut national des statistiques et études économiques. La Fage explique que cette hausse des frais universitaires s’explique par une « véritable flambée » des mutuelles étudiantes pour la rentrée 2022. Entre 2021 et 2022, les mutuelles étudiantes ont grimpé en moyenne de 32,21%, soit un budget annuel de 411,13€ en moyenne. En 2022, l’ensemble des frais universitaires atteint 2.527€ en moyenne.

Des étudiants en grande précarité

Pour la Fage, il est possible de limiter l’impact de la hausse des prix des mutuelles de santé sur le portefeuille des étudiants avec deux mesures. Elle appelle au « rattachement des étudiants boursiers à la complémentaire santé solidaire » et à « l'évolution des services de santé universitaires en centres de santé étudiants, coordonnant l'ensemble de l'offre de soin ». L’unef dénonce que « les politiques publiques des gouvernements Macron envers les étudiants sont bien en deçà des attentes ».

Le syndicat étudiant appelle l’État à mettre en place une « protection sociale » pour tous les étudiants qui se retrouvent, avec cette hausse des coûts de la vie, dans une « précarité extrême ». Le syndicat appelle en outre à augmenter de plus de 4% les bourses étudiantes et à créer une allocation autonomie « d’un montant suffisant pour vivre, à destination de l’ensemble des étudiants ». L’unef souhaite que cette allocation autonomie soit calculée en fonction de ce que les étudiants gagnent eux-même et non pas en fonction de ce que leurs parents peuvent gagner.

À lire aussi Les 6 réflexes à avoir pour protéger votre épargne de l’inflation

Article précédent Assurance-vie : des rendements prévus à la baisse
Article suivant Impôts : faire enlever ses poubelles coûte de plus en plus cher
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.