Les produits premier prix : une alternative économique de qualité ?

Par Adélaïde Motte | Mis à jour le 25/03/2024 à 14:52

Alors que chaque euro compte, les consommateurs sont constamment à la recherche de moyens pour optimiser leurs dépenses sans pour autant sacrifier la qualité. Les produits premier prix se présentent comme une option viable, mais soulèvent des questions quant à leur valeur réelle.

premier prix, courses, alimentation
Les produits premier prix se présentent comme une option viable, mais soulèvent des questions quant à leur valeur réelle.

Produits de base : une qualité comparable

Selon 60 millions de consommateurs, les produits premier prix, comme Eco Plus, Top Budget ou Simply, sont vendus en moyenne moitié moins cher que les marques nationales. En période d'inflation, ils sont donc largement favorisés par les Français, avec une augmentation de 20% des ventes de janvier à août 2023. Le tout pour une qualité souvent similaire, puisque dans 50% des cas, le rapport qualité-prix est en faveur des marques premiers prix.

Les produits de première nécessité tels que le sel, le sucre, ou la farine, souvent perçus comme inférieurs en qualité, surprennent par leur composition similaire à celle des grandes marques. Une étude récente de 60 Millions de consommateurs révèle que, pour une gamme étendue de produits peu transformés, la qualité offerte par les articles de premier prix est équivalente, voire identique. Ce constat invite les consommateurs à considérer les produits premier prix comme une alternative sérieuse pour les achats quotidiens, sans craindre une baisse de qualité notable.

Additifs et conservateurs : là où le bât blesse

En revanche, quand il s'agit de produits frais tels que la viande, la volaille ou les œufs, la distinction de qualité devient plus évidente. Les conditions d'élevage et de production semblent jouer un rôle crucial dans cette différence, avec des standards souvent inférieurs pour les produits premier prix. Cette disparité souligne l'importance d'une consommation consciente et informée, où le choix d'un produit ne repose pas uniquement sur le prix mais aussi sur la connaissance de sa provenance et de ses conditions de production.

L'étude pointe également la présence d’additifs et de conservateurs dans les aliments transformés, un sujet de préoccupation indépendant de la marque. Les poissons pânés peuvent contenir plus d'eau, les pâtes à tartiner plus de sucre, certains produits contiennent de l'huile de palme, les cordons bleus contiennent moins de viande et plus de conservateurs... Bref, à moins de vouloir analyser soi-même les étiquettes, mieux vaut éviter les marques premier prix pour les produits très transformés.

A lire aussi : 10 astuces pour faire des économies sur ses courses

Article précédent Lidl : le robot cuiseur de retour avant Noël
Article suivant Amazon Prime Day 2024 : quelles sont les dates et les promotions ?
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.