5 choses à savoir avant de se lancer dans l’apiculture

Par Gala K | Mis à jour le 19/06/2020 à 10:00
Partager

Pour produire son miel ou participer à la préservation des abeilles, l’apiculture en amateur est un hobbie tendance qui séduit de plus en plus de français. Mais avant de vous lancer, il est important de bien prendre en compte toutes les contraintes que cela implique : coût, formation, démarches administratives et temps passé à s’occuper des abeilles. Alors êtes vous vraiment prêt à pour cet engagement ? Voici 5 choses à savoir avant de se lancer dans l’apiculture.

L’apiculture requiert une formation

Si aucun diplôme n’est nécessaire, une formation en apiculture est grandement conseillée (voire indispensable) avant de se lancer dans l’aventure. Ce n’est en aucun un loisir qui s’apprend sur le tas et vous aurez besoin d’acquérir de précieuses connaissances et compétences auprès d’un apiculteur expérimenté ou d’un rucher école. Pour cela, vous pouvez participer à un stage de quelques heures sur une ou deux journées, ou bénéficier d’une formation plus longue d’un jour par week-end sur plusieurs semaines. La deuxième option peut être intéressante car suivre diverses séances au cours de l’année permet de connaître les spécificités liées à chaque saison. 

Ces formations à la fois théoriques et pratiques vous permettront de maîtriser tous les aspects nécessaires pour vous occuper au mieux de vos futures protégées. Il existe de nombreux ruchers écoles dans toute la France, mais dans certaines régions la demande est très forte. Alors pensez à bien réserver à l’avance !

L’apiculture exige de bien s’équiper

Pour se mettre à l’apiculture dans de bonnes conditions, vous allez avoir besoin de matériel de qualité qui durera dans le temps ainsi que d’équipements confortables :

  • L’enfumoir sert à calmer les abeilles avant et pendant la manipulation. Il agit comme un signal pour que les abeilles ne soient pas prises par surprise et permet donc d’éviter qu’elles vous piquent. Misez sur un enfumoir de qualité, quitte à y mettre le prix. 
  • Le lève cadre est également nécessaire. Cet outil permet d’ouvrir le couvre cadre de la ruche, de désolidariser les hausses et de desserrer les cadres. Bref, vous ne pouvez pas faire sans pour rendre visite à vos abeilles.
  • L’équipement de protection est constitué d’une vareuse d’apiculteur blanche, de gants en cuir ou en plastique, d’un pantalon blanc et de bottes.
  • Le kit de miellerie permet de récolter le miel et est composé d’une herse et d'un bac à désoperculer, d’un extracteur, d'un tamis, d’un seau et d’un maturateur. Pour faire des économies vous pouvez emprunter ce matériel à un syndicat apicole lors de la saison des récoltes.

En ce qui concerne la ruche, vous aurez le choix entre plusieurs types de modèles. Nous vous conseillons d’opter pour l'un des modèles les plus utilisés : Dadant, Voirnot ou Langstroth. 10 cadres suffisent pour débuter. Préférez un corps de ruche en bois non traité qui ne retient pas l’humidité. De nombreux experts recommandent de se lancer avec au moins deux ruches pour se faire la main et apprendre à cerner les comportements des abeilles. Découvrez nos conseils pour installer une ruche chez soi.

Vous pourrez trouver votre matériel sur certains sites spécialisés tels que Icko apiculture, Naturapi ou encore Apiculture.net

L’astuce Radins : prenez contact avec le syndicat apicole de votre département ou adhérez à une association. Cela vous permettra de profiter de commandes groupées et ainsi bénéficier de prix réduits.

L’apiculture est un engagement et demande de la patience

L’apiculture ne consiste pas simplement à avoir une ruche au fond du jardin et récolter du miel de temps en temps. Il ne faut pas oublier que les abeilles ont besoin d’attention et donc, de votre temps ! En début de saison, un grand nettoyage de printemps de vos ruches est à prévoir (environ 2 heures par ruche). Puis, vous devrez vous en occuper une fois par semaine jusqu’à l’automne. Comptez 45 minutes par ruche et par semaine. 

Il va également falloir faire preuve de patience. C’est surtout vrai si vous espérez récolter du miel rapidement. Car les abeilles doivent s’habituer à leur nouvel environnement avant de s’y sentir bien et de commencer à produire. La première année, il est courant de ne pas avoir de miel du tout.  

L’apiculture est réglementée

On ne le sait pas forcément lorsque l’on commence à envisager l’apiculture en amateur, mais l’installation de ruches est soumise à une législation. Parmi les règles définies par arrêté préfectoral on peut citer notamment les distances à respecter entre les ruches et les habitations.

D’autre part, vous devrez obligatoirement obtenir un numéro d’immatriculation auprès de la Direction Départementale de la Protection des Populations (DDPP) et faire une déclaration annuelle. Et ce, même si l’apiculture est une activité non lucrative pour vous.
C’est à ces mêmes services qu’il vous faudra déclarer d’éventuelles maladies comme la loque ou la nosémose qui sont très contagieuses et fatales pour les colonies d’abeilles.

Toutes ces mesures ont évidemment pour but de protéger des dangers pour les humains et les abeilles. Renseignez-vous auprès de votre mairie pourobtenir plus d'informations.

Certains apiculteurs recommandent également de souscrire une assurance responsabilité civile. On n’est jamais trop prudent ! Le syndicat apicole de votre région pourra également vous renseigner à ce sujet. 

L’apiculture peut coûter cher

Débuter en apiculture : combien ça coûte ? Il est difficile de mettre un prix sur l’activité apicole. Tout va dépendre de votre situation, du nombre de ruches que vous prévoyez d’acquérir, et de votre niveau de connaissance. Mais pour vous donner une idée, voici la liste de courses pour apprenti apiculteur, ainsi qu'une idée de prix pour chaque poste de dépense : 

  • Formation : selon sa durée, un stage d’apiculture pour débutant coûte entre 100€ et 350€.
  • Essaim : 150€. Attention, acheter un essaim n’est pas définitif. Si vous habitez une région agricole, vous subirez malheureusement et inéluctablement des pertes dues à l’usage de pesticides aux alentours. Il pourra donc être nécessaire de racheter un essaim chaque année.
  • Ruche : 100€ en moyenne
  • Tenue et matériel d'apiculture : entre 200€ et 300€ pour un kit incluant la combinaison, le chapeau, les gants, l’enfumoir et le lève-cadre.

Comme vous pouvez le constater, on ne se lance pas dans l’apiculture à la légère ! Alors avant de foncer acheter votre ruche, prenez le temps de mûrir votre projet et demandez-vous si vous pouvez en assumer la responsabilité. 

Article précédent Imprimer ses photos : quel support choisir ?
Article suivant Une série Harry Potter sur HBO prévue pour 2026
Plus de guides culture & loisirs
Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.