Augmentation du Pass Navigo : quelle sera la part de l'employeur ?

Par Paolo Garoscio | Mis à jour le 01/12/2022 à 15:27

L’annonce de l’augmentation du Pass Navigo en 2023, dont le prix n’est pas encore fixé définitivement mais devrait être d’environ 90 € par mois, inquiète les salariés : vont-ils devoir prendre en charge l’intégralité de la hausse ? En réalité, non… et ça vaut pour tous les salariés de France, quelle que soit leur lieu de travail.

prix coût transport augmentation
Les employeurs en France doivent prendre en charge une partie du coût des transports.

Hausse du prix des transports : quid de l’aide de l’entreprise ?

Si l’augmentation du prix du Pass Navigo a été fortement médiatisée, elle risque de ne pas être la seule. Les transporteurs voient leurs frais grimper, sur fond de hausse des prix des carburants et de l’électricité : une tendance généralisée qui pourrait conduire à une série d’augmentations dans les prix des abonnements.

Mais les salariés ne devront pas absorber l’entièreté de ces augmentations annoncées ou à venir, loin de là. La raison ? L’obligation pour l’employeur de prendre en charge « une partie du prix des titres d’abonnement souscrits par ses salariés pour leurs déplacements entre leur résidence habituelle et leur lieu de travail », comme le rappelle le ministère du Travail et de l’Emploi.

Une part employeur qui n’est pas un forfait

Cette aide, obligatoire (sauf dans certains cas dûment justifiés), n’est pas forfaitaire : l’employeur ne doit pas prendre en charge une somme, mais bien une partie de l’abonnement. « La contribution des employeurs au pass Navigo s'exprime en pourcentage, les entreprises verront donc mécaniquement leur contribution augmenter au prorata », explique au Figaro Benoît Serre, vice-président de l’ANDRH (Association nationale des directeurs des ressources humaines ».

S’il parle du Pass Navigo, c’est qu’il était interrogé à ce sujet… mais cette règle vaut pour toute la France. D’ailleurs, l’employeur doit prendre en charge un minimum de 50% du prix de l’abonnement, certains proposant plus. Quelle que soit l’augmentation du prix et quel que soit le lieu concerné, la moitié de celle-ci sera donc à la charge de l’entreprise.

À lire aussi Grève des transports : quels sont vos droits ?

Article précédent Assurance-vie : des rendements prévus à la baisse
Article suivant Ne ratez pas cette promo Air France !
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.