Chauffage : forte hausse des prix des granulés de bois

Par Paul Laurent | Mis à jour le 10/08/2022 à 10:27

Avec la guerre en Ukraine et la crise énergétique qui a suivi, les granulés utilisés comme carburant pour certains poêles ont vu leurs prix doubler entre juillet 2021 et juillet 2022.

pellets, granulé de bois, chauffage, Propellet, énergie, France, pénurie, prix
En juillet 2022, la tonne de pellets avait pour prix moyen 550€.

Pellets : Les prix ont (presque) doublé

Les pellets, nom donné aux granulés de bois, ont vu leur prix passer de 280€ la tonne en juillet 2021 à 550€ la tonne un an plus tard. « Nous sommes entre 80 et 100 % de hausse par rapport à la même période l’an dernier », a expliqué à l'UFC-Que Choisir Éric Vial, le délégué général de Propellet, l’association nationale des professionnels du chauffage à granulés de bois. Cette augmentation est due à la période inflationniste qui a suivi l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Les pellets n'échappent pas aux tensions sur les prix de l’énergie.

Pour fabriquer des granulés de bois, il faut fabriquer de la sciure de bois. Or, ce procédé demande de l’énergie, principalement de l’électricité et du gaz, dont les prix ont fortement augmenté sur un an. L’augmentation des coûts s’est également fait ressentir dans les chaînes logistiques avec la hausse des prix du carburant. Enfin, la hausse des prix des matières premières a eu un gros impact sur les prix de l’emballage des pellets. C’est pour tous ces facteurs que leurs prix ont explosés.

Vers une pénurie de pellets ?

« Toutefois, compte tenu de la conjoncture, le granulé augmente moins que les autres énergies et il n’aura finalement jamais été aussi compétitif », estime Propellet dans un communiqué. Néanmoins, l’association estime que le surcoût pour produire une tonne de granulé de bois se situe « entre 100€ et 130€ ». Mais ce qui inquiète réellement, ce n’est pas la forte hausse des prix mais la possibilité d’une pénurie pour l’hiver 2022. 

Face à la hausse des prix de l’énergie, de nombreuses personnes se sont tournées vers ce procédé de chauffage. « Le non-renouvellement des appareils au fioul à partir du 1er juillet va continuer à booster la progression des appareils et notamment des chaudières au granulé qui fonctionnent comme les chaudières au fioul puisqu’elles fournissent l’eau chaude sanitaire », explique l’association dans un communiqué. Même si la demande en granulés a augmenté entre deux et cinq fois au-dessus de la moyenne normale, pour Éric Vial, la pénurie ne devrait pas arriver. En revanche, il appelle les consommateurs à être responsables. « La tension actuelle est réelle et il y a un petit manque de volumes, mais la filière travaille à le combler », explique-t-il.

À lire aussi Le bois : un chauffage au poêle !

Article précédent Assurance-vie : des rendements prévus à la baisse
Article suivant L'e-carte Vitale en test dans 8 départements
Réduisez vos factures grâce à nos conseils factures & services
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.