Ces nouveaux radars que l'on croisera sur les routes en 2022

Par Nicolas Boutin | Mis à jour le 20/01/2022 à 11:52

Pour garder intact leur permis de conduire, les automobilistes devront redoubler de vigilance. La traque aux infractions en tout genre sera plus forte que jamais durant l’année 2022.

Radars
De nouveaux radars seront installés sur les routes en 2022.

Des radars embarqués privés dans de nouvelles régions

Installés depuis plusieurs années sur le bord des routes, les radars-tourelle vont de nouveau se développer au cours de l’année à venir. Le gouvernement devrait en installer au moins 200 supplémentaires dans toute la France. Ces radars intelligents, capables de sanctionner les excès de vitesse, le franchissement des radars de feux, le non-port de la ceinture et le non-respect des distances de sécurité, pourront désormais flasher dans les deux sens, malgré la présence d’un terre-plein central.

Les radars embarqués privés vont s’étendre sur tout le territoire, à l’exception de l’Outre-mer et la Corse. Présentes dans huit régions, les voitures-radars privées seront en circulation en Occitanie, Île-de-France, Auvergne-Rhône-Alpes et en Provence-Alpes-Côte d’Azur d’ici la fin de l’année 2022. Il s’agit d’abord d’une période de test, avant de débuter les verbalisations en 2023.

Des radars anti-bruit qui verbaliseront

De nouveaux radars vont faire leur apparition. Les radars de bruit, déjà en vigueur dans huit villes, dont Toulouse, Nice ou Rueil-Malmaison, commenceront à verbaliser en 2022. L’objectif est de lutter contre la pollution sonore. Une recette potentielle de 156 milliards d’euros chaque année pour l’État. Les modalités de la verbalisation n’ont pas encore été annoncées, le décret étant en cours d’élaboration.

Les radars automatiques pourraient également bientôt être en mesure de vérifier la validité du contrôle technique. Lorsqu’une voiture sera flashée, le fichier des véhicules contrôles sera interrogé afin de s’assurer qu’ils sont bien en règle. Les contrevenants recevront alors deux amendes : l’une pour l’excès de vitesse, l’autre de 135 € pour défaut de contrôle technique, comme c’est le cas pour le défaut d’assurance.

À lire aussi Comment contester un PV de radar automatique ?

Article précédent Assurance-vie : des rendements prévus à la baisse
Article suivant Destination vacances : le palmarès 2023
Réduisez vos factures grâce à nos conseils voyages
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.