Les préoccupations environnementales nous touchent tous c’est pourquoi un nombre grandissant de personnes souhaitent voyager de manière vertueuse. Le tourisme durable a le vent en poupe et vous pouvez vous y mettre très simplement. Vous vous demandez comment voyager écolo à l’étranger ? Voici quelques pistes pour des vacances éco-responsables.

Choisissez des transports écologiques

Chacun de vos déplacements émet du CO2. Pour voyager écolo à l’étranger, il est donc essentiel de choisir les transports les moins polluants possible. Pour vous donner un aperçu de votre empreinte carbone, sachez que :

  • Un avion émet 360 g de CO2 par personne et par kilomètre ;
  • Une voiture diesel produit 250 g de CO2 par kilomètre ;
  • Un TGV émet 1,73 g de CO2 par personne et par kilomètre ;
  • Un autocar émet environ 100 g de CO2 par voyageur et par kilomètre.

S’il est difficile voire parfois impossible de se passer de l’avion pour aller à l’étranger, une fois sur place, limitez au maximum l’utilisation de ce transport. Pour voyager écolo, misez sur le train. L’autocar sera un autre transport en commun vous permettant de vous déplacer sur de longs trajets tout en limitant votre empreinte carbone.

En prime, les déplacements en bus de voyage sont bien souvent moins chers que le train. Les gares routières, situées en centre-ville, sont très facilement accessibles, inutile donc de dépenser de l’argent dans un transfert en taxi. Écologiques, le train et le bus vous offrent également l’opportunité de voyager avec la population locale. Dans les villes européennes, la location de vélo est un bon moyen d’explorer votre destination de manière éco-responsable. 

Lorsque ces modes de transport ne sont pas disponibles, la voiture est la solution de dernier recours. Pour limiter vos frais et le coût carbone de votre trajet, optez pour le co-voiturage. Cette option est surtout valable en Europe, en Amérique du Nord et en Australie où la pratique est répandue.

Si vous êtes au volant, adoptez une conduite écologique. Réduisez votre vitesse de 10 km/h et évitez les accélérations et coups de frein intempestifs pour économiser du carburant et réduire vos émissions de CO2. Mettez-vous au slow travel et oubliez les autoroutes. À vitesse réduite, vous consommerez moins d’essence et pourrez même ouvrir les fenêtres s’il fait trop chaud. Vous réaliserez ainsi de belles économies sur la climatisation. 

Adoptez les bons gestes

Sur les plages de Thaïlande comme dans la jungle du Costa Rica, il suffit de petits riens pour transformer vos vacances en un voyage éco-responsable : 

  • Ayez toujours un sac plastique (ou papier, encore mieux) pour conserver vos déchets si vous ne trouvez pas de poubelle ; 
  • Ne jetez pas vos chewing-gums ou mégots de cigarettes au sol ;
  • Ne faites pas de feu lorsque c’est interdit ou en cas de sécheresse ;
  • Consommez local (votre voyage n’en sera que plus immersif) ;
  • Favorisez les petits commerçants et les artisans (pour une démarche entièrement éco–responsable) ;
  • Adoptez la gourde (il faut d’abord vous assurer que l’eau du robinet est propre à la consommation) ;
  • Favorisez l’hébergement chez l’habitant à un hôtel afin de limiter votre consommation d’énergie.

Respecter l’écosystème

Voyager écolo à l’étranger, c’est aussi accorder une attention toute particulière à la nature que vous traversez. Sur terre comme dans l’eau, veillez à respecter les différents écosystèmes. Par exemple, si vous êtes adepte de la plongée ou du snorkeling, ne touchez pas les plantes et animaux croisés. Aussi tentant que cela puisse être, ramener un morceau de corail est hors de question. Si vous le pouvez, choisissez une crème solaire respectueuse des océans.

Prenez également l’habitude de ne rien toucher lors de vos balades dans les parcs nationaux et espaces protégés. L’idée est d’explorer ces lieux en vous faisant le plus discret possible : ne laissez aucun déchet derrière vous et déplacez-vous en silence. Si un animal est en vue, ne vous approchez pas trop et ne le nourrissez pas. D'ailleurs, pensez à emmener une paire de jumelles avec vous. Méfiez-vous également des spécialités locales et des souvenirs : ils sont parfois élaborés à partir d'animaux protégés. Tortues, gorilles et éléphants ont été décimés pour ravir les papilles des habitants et créer des objets dont les touristes raffolent. Enfin, avant de pousser la porte d’un zoo ou d’un parc animalier, effectuez quelques vérifications sur la provenance des animaux et la manière dont ils sont traités. 

Bon à savoir : des agences spécialisées dans le tourisme vert

Il est tout à fait possible d’organiser un voyage écolo à l’étranger soi-même. Toutefois, cela demande un peu de temps. Si vous n’en avez pas, vous trouverez très facilement des voyagistes spécialisés dans le tourisme éco-responsable pour un séjour vert clés en main.

Voyager écolo à l’étranger est à la portée de tous, il suffit d’organiser son séjour autrement. En délaissant l’avion pour des modes de transport moins polluants, vous découvrirez les plaisirs du slow travel. Prenez le temps d’explorer chaque site en veillant à limiter l’impact de votre passage pour des vacances vertueuses et inoubliables. 

Article précédent Voyage : méfiez-vous de l'arnaque aux vieux billets
Article suivant Week-end du 15 août 2022 : des difficultés de circulation
Réduisez vos factures grâce à nos conseils voyages
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.