Un organe génital masculin vieux de 1.700 ans retrouvé gravé dans la pierre

Par Flore Desbois | Mis à jour le 25/07/2022 à 11:19

En juin 2022, un archéologue bénévole a fait une découverte surprenante... Le retraité a exhumé une gravure phallique à proximité du mur d'Hadrien au Royaume-Uni. Elle date du IIIe siècle avant Jésus-Christ. 

gravure penis phalliques romain antiquités
Cinquante-neuf gravures similaires ont déjà été retrouvées à proximité de ce site classé au patrimoine mondial de l'Unesco. © Shutterstock

Les Romains s'insultaient déjà avec des dessins phalliques

Les collégiens qui taguent leurs bureaux n'ont rien inventé. Dans la Rome Antique, les gravures phalliques étaient déjà utilisées pour insulter ses pairs. En juin 2022, une nouvelle représentation d'un pénis a été retrouvée incrustée dans la pierre au Royaume-Uni. Un dessin fossilisé exhumé par un biochimiste retraité à proximité du mur d'Hadrien. 

Les lieux, classés au patrimoine de l'Unesco, ont déjà fait l'objet de nombreuses fouilles. Selon ScienceAlert, cette gravure de pénis, veille de 1.700 ans, aurait été réalisée sur une pierre qui date du IIIe siècle après Jésus-Christ. Sous la raillerie ancienne, qui ne s'est pas démodée, on peut lire l'inscription  « SECVNDINVS CACOR », qui signifie « Secundinus, le chieur »

Des gravures phalliques synonymes de guerre

Si l'archéologue responsable de cette découverte ne connaît pas l'anecdote qui a provoqué ce travail moqueur, son auteur devait être particulièrement en colère. Le grief a inspiré une oeuvre de 40 centimètres de large par 15 centimètres de haut. Une insulte à ciel ouvert, qui n'est pas une première dans l'endroit. Cinquant-neuf gravures similaires ont déjà été découvertes par les chercheurs sur cette façade. Une abondance, qui suggère que le site était sûrement utilisé pour se battre. Un article publié en 2017 par des archéologues suggère en effet un lien de corrélation claire entre « les gravures de pénis et les sites militaires » à cette époque. 

Si ce choix artistique semble aujourd'hui discutable, il ne l'était pas tant sous la Rome Antique selon Slate. Il y a mille ans, amulettes et bijoux aux formes phalliques étaient aussi portées par nos ancêtres, tantôt pour éloigner les mauvais esprits tantôt pour améliorer leur fertilité. Des pratiques qui remonteraient à la Grèce antique. En 2014, ce sont des scultuptures représentant l'appareil génital masculin qui avaient été retrouvées lors de fouilles dans les îles égéennes. 

À lire aussiI  Airbnb renforce la sécurité des voyageurs en solo

Article précédent Assurance-vie : des rendements prévus à la baisse
Article suivant Pornographie : le Sénat rend un rapport accablant sur l’industrie du X
Réduisez vos factures grâce à nos conseils voyages
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.