Travaux : 7 erreurs à éviter en rénovation

Par Mustapha Azzouz | Mis à jour le 31/01/2022 à 11:34
Partager

Les travaux immobiliers ne laissent aucunement place à l’improvisation, encore moins lorsqu’il est question de rénovation. Pour mener à bien votre projet, il est crucial de tout prévoir de A à Z. Zoom sur les erreurs courantes pour éviter de perdre du temps… et de l’argent.

Erreur n°1 : sous-estimer l’étendue des travaux

Pour ne rien omettre, il est important de lister de la manière la plus détaillée possible les différents postes de travaux. Une fois fait, estimez ou faites estimer les coûts moyens associés. De la sorte, vous n’outrepassez pas votre enveloppe budgétaire de départ.

Votre projet est considérable et vous êtes un peu perdu ? Pour éviter les erreurs de calcul, n’hésitez pas à faire appel à un architecte ou un maître d’œuvre.

Erreur n°2 : ne pas planifier les travaux

Une mauvaise organisation entraîne des retards de chantier importants et, une fois encore, un dépassement de votre budget.

Le processus de rénovation de votre maison doit être planifié dans l’ordre des choses, d’autant que certains travaux sont dépendants d’autres. Par exemple, vous ne pouvez pas envisager de carreler votre salle de bains si la plomberie n’a pas encore été remise aux normes.

Tout en tenant compte de ces contraintes, il faut aussi définir un ordre de priorité : en principe, les travaux les plus urgents sont engagés en premier.

Erreur n°3 : lésiner sur la qualité des matériaux

Des travaux de rénovation, cela a un certain prix. Surtout lorsqu’on ne les réalise pas soi-même, mais qu’on les confie à des professionnels. Il peut alors être tentant de faire quelques menues économies sur les matériaux. Le problème, c’est que les matériaux les moins chers sont aussi les moins qualitatifs. Pour les plaques de placo, par exemple, les prix vont facilement du simple au quadruple. Celles de premier prix sont particulièrement fragiles et leur durée de vie n’est pas optimale.

Pour être tranquille, mieux vaut viser le milieu de gamme, au minimum (aux alentours de 5 €/m²). Idem pour le carrelage, la peinture, etc.

Erreur n°4 : s’équiper d’outils bas de gamme

Scie sauteuse, ponceuse, meuleuse, sableuse… Dans le même ordre d’idées, des outils de piètre qualité risquent de rendre l’âme prématurément, surtout s’ils sont sursollicités. Résultat, en plus de devoir engager de nouveaux frais, vos travaux prendront du retard.

Plutôt que d’acheter vos outils, louez-les ! Si vous pensez ne pas vous en resservir de sitôt, c’est encore la meilleure solution pour ne pas engager de gros frais inutilement. La plupart des outils sont disponibles à la location dans les grandes enseignes de bricolage.

Pour moins cher, vous pouvez aussi louer vos outils auprès de particuliers. Les sites de mise en relation ne manquent pas (Bricolib, Kiwiiz, Allovoisins…).

Erreur n°5 : faire l’impasse sur les autorisations d’urbanisme

Pour certains travaux (ravalement de façade, agrandissement, construction d’une annexe…), il est obligatoire de faire une déclaration préalable, voire une demande de permis de construire. Rendez-vous donc en mairie pour vous renseigner et consulter le plan local d’urbanisme (PLU).

Attention, des travaux effectués sans autorisation peuvent vous coûter très cher : on peut en effet vous imposer de tout remettre à l’identique, et par conséquent de démolir/défaire ce qui aura été fait.

Erreur n°6 : ne pas contrôler le sérieux de l’artisan

L’artisan auquel vous faites appel doit être inscrit à la Chambre des métiers. Vérifiez en premier lieu ce point.

Par ailleurs, si vous réalisez des travaux de rénovation énergétique, assurez-vous qu’il est bien qualifié RGE (reconnu garant de l’environnement). Sans cette qualification, vous ne pourrez bénéficier de potentielles aides de l’État.

Pour pouvoir comparer les tarifs entre les entreprises – à prestations égales – et faire jouer la concurrence, veillez également à faire établir au moins 3 devis.

Erreur n°7 : ne pas prévoir de marge budgétaire

Même en prévoyant tout, vous n’êtes pas à l’abri d’un imprévu. Vice caché, faiblesse structurelle du bâti, fuite au niveau de la plomberie, court-circuit électrique… Les travaux de rénovation réservent parfois de mauvaises surprises faisant plus ou moins gonfler la facture. Le chantier peut rapidement se compliquer.

Pour bien estimer votre budget travaux, il vaut toujours mieux se réserver un budget supplémentaire correspondant au moins à 10 ou 15 % du montant total des travaux. Ainsi, vous pourrez faire face sans trop de difficultés.

Vous l’aurez compris, le mot d’ordre d’un projet de rénovation, c’est l’anticipation. Enfin, si vous réalisez vous-même le gros œuvre (maçonnerie, charpente…) ou le second œuvre (menuiseries, électricité, plomberie…). Vous seriez dans ce cas considéré comme le constructeur et c’est à vous que reviendrait la garantie décennale en cas de revente de votre maison. Autrement dit, si des réparations étaient à prévoir, il en irait de votre entière responsabilité. Ce serait à vous d’engager les frais.

À lire aussi : 4 conseils pour que vos travaux vous coûtent moins cher

Article précédent Combien coûte un Diagnostic de Performance Énergétique DPE ?
Article suivant Les accessoires pour un dîner romantique à la maison
Plus de guides maison
Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.