Dates de péremption : ne vous faites plus avoir !

Par Mustapha Azzouz | Mis à jour le 02/09/2021 à 10:00
Partager

Entre les dates de péremption et les dates limites d'utilisation optimale des produits, les consommateurs ne se retrouvent plus. Le doute plane, contraignant ces derniers à jeter régulièrement des aliments. Chaque année, 20 kg de nourriture sont jetés par personne, dont 7 kg encore emballés (chiffres UFC-Que Choisir). Voici quelques éléments à connaître pour déjouer les pièges de l'industrie alimentaire et ne pas jeter votre argent à la poubelle.

Le constat

D'après une enquête UFC-Que Choisir, près de la moitié des consommateurs jette systématiquement des boîtes de conserve, dès que la DLUO est dépassée de trois semaines. C’est le cas plus particulièrement des raviolis.

La raison évoquée : le risque d'intoxication alimentaire. Or, les fabricants ont tendance à réduire les dates limites de consommation. Selon l'étude, dans 3 cas sur 10, ces dates sont réduites.

Il est donc important de différencier les DLC et les DLUO pour ne pas jeter trop vite un produit encore consommable : 

  • Les DLC (dates limites de consommation) figurant sur les produits laitiers frais, les viandes, ont pour but d’informer le consommateur sur la durée de vie des produits et limiter les risques d’intoxications alimentaires.
  • Pour ce qui est des DLUO (dates limites d'utilisation optimale) suivies de la mention « à consommer de préférence avant le... », affichées sur les conserves, confitures et autres, ils sont inscrits à titre indicatif.

Quelques indications selon les produits

Autre élément important : prendre en compte la catégorie du produit alimentaire pour savoir s'il faut ou non le jeter après la date limite indiquée sur l'emballage.

Les viandes et poissons

Les DLUO mentionnées sur les produits congelés sont données à titre indicatif. Consommer ces produits au-delà de la date ne présente aucun danger tant que la chaîne de conservation est bien respectée.

Par contre, les viandes et poissons frais sont à consommer avant la date indiquée.

Les œufs

La limite de consommation des œufs est fixée à 28 jours après la date de ponte et lorsqu’ils sont conservés au frais dès l’achat.

Les produits laitiers

Jugés assez délicats, ces produits présentent des particularités. Alors que le lait pasteurisé n’est pas stérile, obligeant les consommateurs à respecter les DLC, le lait UHT lui, l’est et ne présente aucun risque sanitaire même après sa DLUO.

Quant au lait frais, il doit se conserver seulement quelques jours au frais et la date limite doit être impérativement respectée en raison de la pasteurisation qu’il a subie.

Les yaourts nature nécessiteraient des dates indicatives contrairement aux DLC impératives qui y sont indiquées. Ce sont des produits, qui, lorsqu’ils durent, limitent plutôt le développement des germes en raison de l’acidité qui augmente.

En revanche, les yaourts aux fruits et les desserts lactés font partie des produits à surveiller après la péremption et à consommer avant la DLC.

Les fromages, eux, ont en général des dates indicatives. Plus ils durent au réfrigérateur, mieux ils répondront au goût des consommateurs.

Légumes et fruits

En confitures et en compotes, les fruits deviennent des denrées non périssables et les dates ne sont pas impératives : ils font partie des aliments à consommer après la date de péremption. Mais lorsque les produits sont pasteurisés, les dates limites sont à respecter.

Sur les étals, pas question de parler de DLC pour les fruits et légumes. Palpez juste votre fruit ou votre légume, vérifiez-en la fraîcheur, puis consommez-le sans trop attendre !

Céréales

La DLC figurant sur les emballages de ces produits secs, est juste indicative. Pour ce qui est des céréales pour petit déjeuner, ou biscuits, le goût ou la texture peuvent juste être altérés, mais pas dangereux.

Produits sucrés

Il n’est pas du tout risqué de consommer des produits sucrés comme du chocolat, des confiseries ou encore le miel après les dates limites figurant sur les emballages, bien que le goût puisse changer. La présence du sucre en abondance limiterait le développement des micro-organismes.

Boissons

Une boisson fermée est une denrée non périssable. Par contre, les jus de fruits frais indiquant une date limite sont à consommer dans ces délais.

Article précédent Les magasins de proximité : faut-il y aller quand on veut faire des économies ?
Article suivant Mode : cette enseigne low-cost s'étend en France
Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.