Plastique : des emballages alimentaires encore à moitié vide !

Par Perrine de Robien | Mis à jour le 23/09/2022 à 10:45

Selon une association de consommateurs qui a mené une enquête, les emballages contiennent jusqu’à 55% de vide. Ça fait beaucoup de plastique pour peu de nourriture.

emballages plastique
De très nombreux emballages sont remplis majoritairement… de vide !

Des emballages remplis de vide

C’est ce qu’on appelle acheter du vent. Qui n’a jamais été agacé par ces emballages qui, une fois ouverts, présentent une quantité décevante ? Selon une récente enquête de l’association de consommateurs CLCV (consommation, logement, cadre de vie) qui a analysé plus de 250 produits alimentaires, « de très nombreux emballages sont remplis majoritairement… de vide ! ».

La palme revient à des paquets de ravioles (Ricotta Épinard de Lustucru), d’amandes (Daco Bello), de granola (Gustoneo) ou de lardons, qui contiennent 50 à 55% de vide ! « De nombreux produits sont entourés par un emballage qui semble inutile : film plastique autour de boîtes de thé, de chocolats ou de légumes, manchon cartonné autour de yaourts, de compotes ou de pizzas », déplore la CLCV. Et pour cause, leur seul intérêt est d’envoyer des « messages marketing » grâce à « un visuel attrayant ».

Encore trop de plastique

Problème, la plupart de ces emballages sont en plastique ou en carton. Or, la loi anti-gaspillage pour une économie circulaire (loi AGEC) qui a été publiée début 2020, fixe des objectifs de réduction des emballages, notamment en plastique. Autrement dit, il y a encore beaucoup d’efforts à faire du côté des industriels pour réduire l’utilisation de cette matière polluante.

Selon la CLCV, « les déchets ménagers et notamment les emballages alimentaires représentent une part importante des déchets abandonnés dans la nature et participent de façon non négligeable à la pollution de notre environnement ». Par conséquent, l’association demande aux professionnels de « privilégier les emballages utiles pour la préservation et le transport, simples (un seul matériau), légers et composés de matériaux recyclables ». Elle suggère également aux pouvoirs publics de « renforcer les dispositifs de tri dans les lieux publics pour capter les emballages nomades ». Quant aux consommateurs, ils sont appelés à être vigilants et à acheter en vrac.

À lire aussi Papier alu, sulfurisé ou film plastique : ils ne sont pas si inoffensifs que cela !

Article précédent Assurance-vie : des rendements prévus à la baisse
Article suivant De nombreux véhicules potentiellement dangereux sont rappelés
Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.