Fatigue : quand faut-il s’inquiéter ?

Par Mustapha Azzouz | Mis à jour le 11/02/2021 à 15:53
Partager

La fatigue est un des maux les plus répandus. Période de stress, nuits trop courtes, infections ou dépression : la fatigue peut cacher de nombreuses maladies plus ou moins graves. Mais quand faut-il s’inquiéter exactement ? Nous vous expliquons tout.

Quand la fatigue devient asthénie

Ressentir une fatigue après un effort physique, une période de maladie ou une insomnie, c’est tout à fait normal. Mais quand la fatigue s’installe, il faut s’inquiéter. En effet, lorsque le manque d’énergie se fait chronique, on parle d’asthénie. Jour après jour, rien ne semble pallier la sensation d’épuisement et ce manque de force physique est généralement accompagné d’un moral en berne. Inutile alors de se ruiner en compléments alimentaires énergisants ou en suppléments anti-fatigue.

Si vous rencontrez des difficultés pour dormir, l’explication à votre état est toute trouvée. En revanche, il faut s’inquiéter quand la fatigue devient chronique sans que vos nuits soient écourtées. Si vous êtes gagné par un sentiment de lassitude et exténué en permanence, il est préférable de consulter. Cela devient encore plus nécessaire si vous remarquez une perte d’appétit et/ou de poids et êtes victime d’épisodes récurrents de fièvre.

Bon à savoir : la fibromyalgie, un mal encore peu connu

Lorsque la fatigue se fait chronique (elle dure au moins 6 mois) et s’accompagne de douleurs diffuses et également récurrentes, il peut s’agir de fibromyalgie. Ce syndrome qui toucherait entre 2 et 5 % de la population est encore mal connu. La fibromyalgie peut empêcher une personne de vaquer à ses occupations quotidiennes tant les douleurs et la fatigue peuvent être intenses. Ce syndrome très handicapant entraîne donc souvent des difficultés dans la vie professionnelle et une perte de revenus, tant il devient difficile de conserver un poste.

Les maladies qui se cachent derrière la fatigue

S’il faut s’inquiéter quand la fatigue prend le dessus, c’est parce qu’elle peut être le symptôme de maladies préoccupantes et qui nécessitent un traitement. Une fatigue intense peut en effet cacher :

Une dépression

Lorsque l’asthénie est accompagnée d’un sentiment de tristesse profonde, de troubles de l’appétit, d’une baisse de libido et/ou d’une perte d’implication dans le quotidien, elle peut être le signe d’une dépression. Consulter un médecin permettra alors de poser le diagnostic et d’envisager un traitement (psychothérapeutique et/ou médicamenteux) adapté.

Une apnée du sommeil

Lorsque l’on souffre d’apnée du sommeil, les nuits ne sont pas réparatrices. Vous avez ainsi l’impression de dormir pendant les 7 heures que vous passez au lit, mais, en réalité, des pauses respiratoires épuisent votre corps. Ce trouble de la respiration peut se répéter jusqu’à 100 fois par nuit et chaque occurrence dure au moins 10 secondes.

Outre la fatigue inquiétante, l’apnée du sommeil peut également provoquer des maux de tête, des difficultés de concentration, mais aussi de l’hypertension artérielle. Bien souvent, ce trouble implique en outre des ronflements.

Une série d’examens permettra de s’assurer qu’il s’agit bien d’apnée du sommeil et un appareil pourra être prescrit pour remédier à la situation. Les personnes en surpoids devront par ailleurs suivre un régime afin d’éliminer ce facteur aggravant de l’apnée du sommeil.

De l’anémie

Les enfants peuvent également être touchés par la fatigue chronique. Si elle est en plus accompagnée d’un souffle court, elle peut être le symptôme d’anémie. Cela arrive notamment aux jeunes filles ayant leurs premières règles.

Un stress chronique

Si vous êtes stressé au quotidien, vous souffrez certainement de troubles du sommeil et d’un sentiment d’anxiété facilement reconnaissable. En revanche, quand la fatigue touche un enfant à cause de l’anxiété, cela est plus difficile à déceler. Soyez donc vigilant en cas de séparation ou après la perte d’un proche ou d’un animal : si votre enfant semble exténué, c’est sans doute qu’il ne dort pas ou pas assez bien. Si rien de tout cela ne le concerne, assurez-vous qu’il n’est pas victime de harcèlement scolaire.

Un trouble de la thyroïde

La thyroïde est une glande en charge de produire des hormones nécessaires au bon fonctionnement de notre corps. Lorsqu’elle n’en produit pas assez, on parle d’hypothyroïdie. La sensation de fatigue et de faiblesse musculaire peut alors être accompagnée d’une petite prise de poids, de constipation ou d’un rythme cardiaque plus lent qu’à la normale.

L’épuisement est également au rendez-vous quand la thyroïde est en surproduction (hyperthyroïdie) ainsi que de la tachycardie ou des tremblements. Un traitement médicamenteux permettra de réguler la production d’hormones.

Un diabète de Type 1

Le diabète de type 1 peut également être à l’origine d’une fatigue chronique. En effet, en cas d’hypoglycémie (le taux de sucre diminue dans le sang), le manque d’énergie est instantané. Aussi surprenant que cela puisse paraître, cet état de fatigue se manifeste itou en cas d’hyperglycémie. Résultat, les personnes souffrant de diabète de Type 1 sans le savoir peuvent être fatiguées en permanence. Il est alors nécessaire de consulter un médecin afin de procéder à un rééquilibrage alimentaire et mettre en place un contrôle de la glycémie.

Nous nous sommes tous déjà plaints de fatigue. Lorsqu’une sieste ou quelques nuits réparatrices ne suffissent plus à retrouver la forme, il faut s’inquiéter et consulter un médecin. En effet, la fatigue est parfois le symptôme d’une maladie qui peut s’avérer grave si elle n’est pas prise en charge à temps.

Article précédent Crème solaire : astuces pour protéger la peau des UV
Article suivant Les déodorants contiennent encore trop de produits néfastes
Plus de guides santé & bien-être
Réduisez vos factures grâce à nos conseils shopping
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.