Consultation médicale : une sanction financière pour les patients absents ?

Par Perrine de Robien | Mis à jour le 26/09/2022 à 10:29

En France, environ deux rendez-vous par jour et par médecin sont non honorés. Une tendance à la hausse qui prive les autres patients de soins et qui pourrait, pour éviter les absences, entraîner des sanctions financières. Une solution que proposent certains professionnels.

consultation médicale absence sanction
Un rendez-vous non honoré par jour par médecin représente 27 millions de consultations annuelles.

2 absences par jour et par médecin

Selon une enquête de l’Union régionale des professionnels de santé (URPS) réalisée en juillet 2022 auprès de 2.000 médecins libéraux d’Île-de-France, le nombre de patients qui ne viennent pas à leur consultation est en augmentation. En moyenne, 2 rendez-vous par jour et par médecin sont non honorés « avec des pics pouvant aller jusqu’à 5 ».

La tendance est à la hausse selon la moitié des médecins et elle est majoritairement concentrée sur les nouveaux patients. « À l’échelon de la France, un rendez-vous non honoré par jour par médecin représente 27 millions de consultations annuelles, soit l’équivalent du temps de travail d’environ 4 .000 médecins ». 

Faire payer les patients qui ne viennent pas aux consultations médicales

Ce phénomène entraîne deux conséquences majeures sur l’organisation des soins. D’une part, « une perte de chance pour les patients » car les rendez-vous non honorés entraînent une privation d’accès aux soins et d’autre part, « une perte d’attractivité de la médecine libérale ». Pour endiguer la situation, une solution pourrait être envisagée : la sanction financière.

Pour la plupart des médecins qui ont participé à l’enquête, l’impossibilité de prendre deux rendez-vous simultanés et les SMS de rappel ne suffisent pas. « Certains professionnels aimeraient ainsi avoir la possibilité de facturer les rendez-vous non honorés sans excuse valable, comme le fait la Belgique », explique l’URPS. D’autres proposent un prépaiement pour les patients qui n'ont encore jamais consulté le professionnel. De quoi dissuader ceux qui posent des lapins.

À lire aussi Médecine douce : comment se faire rembourser ?

Article précédent Assurance-vie : des rendements prévus à la baisse
Article suivant Malgré ses promesses, Apple collecte vos données personnelles sans votre accord
Réduisez vos factures grâce à nos conseils factures & services
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.