Crédit immobilier : 45% des dossiers ne peuvent pas être financés

Par Anton Kunin | Mis à jour le 17/08/2022 à 10:58

Depuis début 2022, les familles désireuses d’acheter une maison ou un appartement sont souvent obligées de rebrousser chemin. En cause, les taux d’usure trop élevés, qui rendent leurs dossiers non finançables par les banques.

Prêt immobilier
Bien souvent, les banques ne peuvent pas financer un candidat à l'acquisition à cause des taux d'usure trop élevés.

Le taux d’usure, principal frein à l’octroi de prêts immobiliers

Aussi nombreux soient les Français à vouloir devenir propriétaires d’une maison ou d’un appartement, bien souvent leur demande de crédit immobilier ne peut pas être satisfaite par les banques. D’après un sondage commandé par l’Association française des intermédiaires en bancassurance (AFIB), réalisé auprès de 1.471 courtiers en crédits immobiliers, 45% d’entre eux estiment que 2 à 3 dossiers sur 10 qui leur sont présentés depuis janvier 2022 ne peuvent pas aboutir.

En cause, principalement les taux d’usure, ces taux maximum édictés chaque trimestre par la Banque de France, au-dessus desquels les banques n’ont pas le droit de prêter. En d’autres mots, si le dossier du candidat à l’acquisition n’est pas suffisamment bon, la banque augmente le taux auquel elle accepterait de lui prêter. Or, si le taux auquel la banque arrive après prise en compte de tous les paramètres s’avère supérieur au taux d’usure, l’offre de prêt ne peut pas être faite.

L’AFIB propose d’assouplir les règles relatives au taux d’usure

Le taux d’usure est en effet la principale raison qui empêche les banques de satisfaire les demandes de prêt (35,86% des cas). Arrivent en deuxième position les normes HCSF (31,03%) (l’emprunteur ne doit pas être endetté à plus de 35%, assurance emprunteur incluse, et la durée d'emprunt ne doit pas excéder 25 ans).

Face à ce constat, l’AFIB propose que la Banque de France assouplisse temporairement la législation en matière des taux d’usure en modifiant la formule de calcul des taux d’usure (augmenter les taux moyens sur les trois mois précédents de deux tiers et non d’un tiers). Ou bien, augmenter exceptionnellement les taux d’usure pour un mois.

À lire aussi Comment optimiser son prêt immobilier ?

Article précédent Assurance-vie : des rendements prévus à la baisse
Article suivant Le classement des meilleures compagnies aériennes au monde
Réduisez vos factures grâce à nos conseils finances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.