Passoires thermiques : les propriétaires loueront quand même

Par Jean-Baptiste Giraud | Mis à jour le 29/09/2022 à 13:32

Louer coûte que coûte, ou plutôt, malgré les interdictions. C'est ce qu'un propriétaire sur trois de logement considéré comme "passoire thermique" a répondu a un sondage réalisé par la FNAIM. Et ce, donc, malgré les prochaines interdictions édictées par la loi Climat et résilience de 2021.

30% des propriétaires continueront à louer malgré les restrictions.

Un propriétaire sur trois déterminé à louer quand même

Au 1er janvier 2023, quelques dizaines de milliers de logements (certaines études parlent de 70.000 pour toute la France), ne pourront plus être loués. Ces logements sont classés dans la catégorie G, mais ce n'est pas toute leur catégorie qui est concernée. Seuls ceux qui sont, basiquement, quasi impossibles à chauffer sans se ruiner seront interdits à la location. Entre 2023 et 2028, plus de 1,2 million de logements devraient théoriquement être frappés d'interdiction de location. 

Mais attention ! L'interdiction n'est pas rétroactive, ce ne serait pas légal. Ce sont les nouveaux baux qui seront impossibles à contracter, du moins... en théorie. Car en réalité, pour un tiers des propriétaires concernés, il n'est pas question de renoncer aux loyers. Et pour cela, il leur suffit... de louer en direct, sans passer par une agence !

600.000 logements retirés du marché immobilier ?

Oui, c'est bien ça la "différence" qu'institue la loi. Les logements classés "passoires thermiques", et progressivement, pas assez vertueux en terme de consommation d'énergie pour le chauffage, ne pourront plus être proposés par des agences immobilières, sous peine de sanction.

Mais à l'inverse, ces logements pourront parfaitement continuer à être loués de gré à gré, donc, directement auprès du propriétaire ! Le sondage de la FNAIM (un réseau d'agences immobilières) confirme que c'est ce que prévoient de faire plus de 30% des propriétaires. Cinq pour cent d'entre eux prévoient par ailleurs de retirer leur bien de l'agence à laquelle il est confié, ce qui peut laisser penser qu'ils ont eux aussi l'intention de louer en direct. Et le reste ? Et bien, un tiers des propriétaires feront les travaux permettant de "monter en gamme" énergétique leur logement. 26% envisagent quant à eux de vendre leur bien, et 6%, de basculer en location courte durée, qui n'est pas soumise aux mêmes restrictions. 

Au total, d'après la FNAIM, 500.000 logements risquent de quitter le marché immobilier d'ici 2028...

À lire aussi Quels sont vos recours si votre logement est squatté ?

Article précédent Assurance-vie : des rendements prévus à la baisse
Article suivant Malgré ses promesses, Apple collecte vos données personnelles sans votre accord
Réduisez vos factures grâce à nos conseils finances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.