Crédit : les ménages commencent à craindre pour leur capacité à payer

Par Paolo Garoscio | Mis à jour le 19/08/2022 à 09:56

L’inflation a atteint un niveau record en France et en Europe, poussée vers le haut par les prix de l’énergie et les pénuries. Une situation qui risque de durer encore plusieurs mois et semble inquiéter les ménages : ils sont de plus en plus nombreux à visiter la page de la Banque de France concernant l’inclusion financière et les incidents de paiement. Ceux-ci, d’ailleurs, sont en augmentation.

inclusion financiere inquiétude ménages crédit
De plus en plus de Français s'intéressent à l'inclusion financière.

Les incidents de remboursement des crédits augmentent en France

Selon le baromètre de l’Inclusion financière d’août 2022 de la Banque de France, les premiers effets de la situation économique actuelle se font sentir. En juillet 2022, 66.404 nouvelles inscriptions au FICP (Fichier des incidents de remboursement des crédits aux particuliers) ont été effectuées, dont 58.135 pour des incidents de paiement. Par rapport à juillet 2021, la hausse est conséquente : +19% pour l’ensemble des inscriptions et +30% pour les inscriptions liées aux incidents de paiement.

En juillet 2022, la Banque de France souligne également une forte hausse des retraits de carte bancaire pour usage abusif : 8.989 inscriptions au FCC (Fichier central des chèques) ont été effectuées durant le mois pour cette raison, en augmentation de 28% sur un an. Les ménages semblent donc commencer à connaître des problèmes financiers.

L’inquiétude des ménages se voit dans les demandes d’informations

Si pour l’instant la situation reste maîtrisée, elle pourrait rapidement se dégrader. Les visites sur l’espace « particuliers-inclusion financière » du site officiel de la Banque de France ont explosé en juillet 2022 sur un an : +39%, à 164.720 visiteurs uniques. Les demandes écrites, les visites physiques et les appels téléphoniques restent, eux, sensiblement stables, ne connaissant qu’une hausse annuelle de 5% en juillet 2022.

L’intérêt des ménages pour cette problématique est à la fois une bonne et une mauvaise nouvelle. Si les ménages semblent mieux connaître leurs droits et l’existence de dispositifs mobilisables en cas de problèmes financiers, la hausse des visites pourrait également être liée à une inquiétude grandissante concernant le futur.

À lire aussi Découvrez comment réduire les mensualités de vos crédits

Article précédent Assurance-vie : des rendements prévus à la baisse
Article suivant Un quart des chômeurs n'ont pas recours à l'assurance chômage
Réduisez vos factures grâce à nos conseils finances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.