Les conseils de banquier... à ne surtout pas suivre

Par Marie C | Mis à jour le 21/04/2021 à 15:05
Partager

Par manque de culture financière ou par peur de mal faire, on est parfois tenté de s'en remettre à son banquier pour sa gestion budgétaire. Erreur ! Pour garder le contrôle de vos finances, soyez notamment vigilant avec ces 5 conseils faits pour servir des intérêts... qui ne sont pas forcément les vôtres.

« Choisissez notre assurance-vie »

L'assurance-vie est le placement financier préféré des Français. Pourquoi ?

  • Parce que c'est un support très modulable : on peut paramétrer le niveau de risque de ses investissements.
  • Parce qu'on peut choisir quelles actions on veut financer.
  • Parce qu'une assurance-vie bien pilotée détient un taux d'intérêt annuel supérieur à un livret d'épargne ou un PEL.

Cependant, il y a un critère à ne pas négliger quand on ouvre une assurance-vie : les frais de gestion. Il s'agit d'un pourcentage prélevé par la banque sur le montant total de l'assurance-vie chaque année (apport et intérêts).

Or, certaines banques pratiquent des frais de gestion très élevés : au-delà de 2,85 %, vous perdez 2 années de rendement (autrement dit, il faut que votre assurance-vie génère des intérêts sur 2 ans pour amortir ces frais).

Peut-être que l'assurance-vie de votre banque est performante. Peut-être est-ce un bon choix d'y souscrire. Si toutefois les frais d'entrée dépassent les 2 %, mieux vaut bien réfléchir. Et, dans tous les cas, si vous êtes un bon client, n'hésitez pas à négocier les frais du contrat.

« Prenez un crédit consommation »

Le crédit conso, la solution à tout ? Les publicités peuvent nous inciter à le croire. Travaux, voiture, électroménager, voyage... Pourquoi épargner, puisque la banque peut nous avancer de l'argent pour tout ?

La banque a tout à y gagner, puisque vous devez rembourser des mensualités ainsi qu'un taux d'intérêt de 1,65 % (et au-delà). Mais vous ?

Un crédit à la consommation n'est pas à écarter absolument : il est parfois nécessaire pour financer certaines opérations urgentes (remplacer sa voiture, faire des travaux de première nécessité). Mais ce n'est pas une solution à tout.

Pour partir en voyage, meubler votre appartement ou autres achats de confort, privilégiez toujours l'épargne. Ainsi, vous pourrez payer de votre poche le jour venu, sans mensualités supplémentaires à débourser... et sans taux pour alourdir encore la note.

« Gardez votre autorisation de découvert »

Autre fausse solution face à un compte asséché : l'autorisation de découvert. Là aussi, vous êtes débiteur de la banque, puisque cette mesure consiste à vous permettre de payer encore, même si vous êtes dans le rouge...

Moyennant des agios, ces frais bancaires de découvert prélevés en dédommagement de cette avance. En résumé, vous payez là des intérêts et des pénalités. Et, si vous utilisez votre autorisation de découvert sur plusieurs mois, vous aggravez votre situation en vous endettant encore plus profondément.

L'autorisation de découvert peut mener à des situations dramatiques de surendettement, d'angoisse financière et d'appauvrissement. Certes, c'est une mesure qui peut pallier à certaines situations graves ou dépenses imprévues. Mais utilisée de façon systématique, elle ne vous sauve pas, elle vous enfonce.

Certains clients choisissent alors une option radicale pour se forcer à reprendre leur budget en main : supprimer l'autorisation de découvert. Option que la banque vous proposera rarement d'elle-même, sauf cas d'extrême endettement qui peut alors la désavantager.

« Souscrivez à notre assurance obsèques »

Si votre retraite approche, vous n'êtes pas à l'abri de recevoir cette suggestion quelque peu refroidissante d'un conseiller bancaire. Car votre conseiller bancaire est aussi vendeur des produits financiers de sa banque. Produits qui se diversifient de plus en plus, du classique livret A au forfait mobile... et à l'assurance obsèques.

L'argument classique pour vous faire souscrire à une assurance obsèques, c'est la sécurité. Cette assurance consiste à financer son enterrement de façon anticipée pour soulager ses proches des frais d'obsèque, le moment venu.

Toutefois, si vous avez une petite retraite, cela peut grever votre budget alors qu'une assurance obsèques n'a rien d'obligatoire. Sachez que les proches d'un défunt peuvent demander à sa banque de prélever 5 000 € sur ses comptes afin de financer les obsèques.

« Ouvrez un PEL pour prendre date »

Le PEL (Plan Épargne Logement) est un produit bancaire relativement répandu avec les livrets d'épargne. Il consiste à accumuler une épargne forcée dans le cadre d'un projet immobilier : 540 € minimum par an (soit 45 € par mois).

Le PEL génère des intérêts et, s'il est clôturé après 4 ans, bénéficie d'une fiscalité réduite sur ses gains et d'autres avantages comme la prime d'État. D'où l'expression « prendre date » : plus tôt on l'ouvre et on l'alimente, moins on sera contraint par ce délai des 4 ans.

Malheureusement, le PEL est devenu moins avantageux, ou plutôt trop rentable pour les clients. Résultat : un rééquilibrage qui le rend moins attractif. Il est ainsi passé d'un taux d'intérêt à 2,5 % à 1 % seulement en 2016, soit juste un demi-point de plus que le Livret A.

On peut donc se demander si l'effort d'épargne en vaut la chandelle : est-il intéressant de bloquer au minimum 2160 € pendant 4 ans sur un support si peu rémunérateur, au lieu de l'investir dans une assurance-vie, par exemple ?

Bref, là aussi, le PEL peut être intéressant pour certains profils d'épargnants ayant besoin d'un système d'épargne bloquée... et il sera aussi intéressant pour la banque qui peut vous vendre un produit financier et vous prélever des frais. Mais « prendre date » n'est pas l'argument qui doit vous convaincre d'ouvrir un tel support.

Même si vous avez confiance en votre banquier, c'est de votre argent qu'il s'agit. Alors, prenez toujours le réflexe de bien mûrir chaque décision, et de ne pas vous engager sur la seule foi de votre conseiller bancaire.

Article précédent Comment ouvrir un compte joint dans une banque en ligne ?
Article suivant Découvrez le classement des meilleures banques françaises
Plus de guides banque
Réduisez vos factures grâce à nos conseils finances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.