Faux conseiller bancaire : gare à l’arnaque au téléphone

Par Mustapha Azzouz | Mis à jour le 01/04/2022 à 15:24
Partager

Un nouveau type d’arnaque sévit : celle du faux conseiller bancaire. Objectif des escrocs ? Vous inciter à effectuer un paiement à votre insu, voire vous soutirer vos codes confidentiels pour ensuite vider votre compte bancaire. L’arnaque, bien ficelée, aurait déjà fait de nombreuses victimes à travers la France. Prudence !

Un mode opératoire simple mais efficace

Une personne vous appelle et se présente comme votre conseiller bancaire. Elle possède certaines de vos informations confidentielles (récupérées sur les réseaux sociaux et sur le darknet), comme votre adresse ou votre numéro de carte bancaire. Et même, parfois, le nom de l’agence et celui de votre conseiller. Le numéro de téléphone affiché, lui, est identique à celui de votre banque (les escrocs utilisent pour cela des logiciels de spoofing). Bref, tout est pensé pour gagner rapidement votre confiance. Le piège se referme tout aussi vite…

À l’autre bout du fil, la personne poursuit en affirmant avoir repéré des mouvements frauduleux sur votre compte bancaire. Pour soi-disant pouvoir procéder à leur annulation, le prétendu conseiller bancaire vous demande alors de valider un code reçu par SMS ou encore en cliquant sur un lien envoyé. Sauf que cette action vise non pas à annuler, mais bel et bien à confirmer un paiement !

Plusieurs milliers d’euros dérobés à chaque fois

Les victimes effectuent ainsi à leur insu des paiements – la plupart du temps vers des sites marchands – dont la somme atteint fréquemment plusieurs milliers d’euros (2 000, 4 000, 8 000… et même jusqu’à près de 10 000 € par victime). Car pour mieux dépouiller leurs victimes, les escrocs ne se contentent pas de soutirer leur numéro de carte – lorsqu’ils n’en sont pas déjà en possession – ni même d’un paiement unique. Ils cherchent aussi à obtenir leur code confidentiel, voire les codes d’accès à leur compte pour n’avoir plus qu’à se servir.

De leur côté, les victimes n’y voient que du feu… jusqu’à ce qu’elles consultent leurs relevés bancaires ou se fassent contacter par leur conseiller bancaire (le vrai, cette fois !) pour signaler une ou plusieurs anomalies sur leur compte.

Problème : les banques ne remboursent pas

Retracer les escrocs est très difficile, d’autant qu’aucune enquête n’a – pour l’heure en tout cas – encore été mise en route. Pour obtenir réparation, les victimes se tournent alors naturellement vers leur banque. Mais là encore, mauvaise surprise ! La plupart des banques considèrent qu’en ayant validé les opérations via leur Sécur’ Pass ou autre, leurs clients ont fait preuve de négligence. Leurs chances de revoir un jour leur argent sont ainsi, malheureusement, réduites à néant.

Comment éviter de tomber dans le piège du faux conseiller bancaire ?

Un conseiller ou tout autre interlocuteur bancaire ne vous demandera jamais vos codes confidentiels, votre numéro de carte ou autres données sensibles par téléphone. C’est la première chose à savoir. Le cas échant, cela doit immédiatement vous mettre la puce à l’oreille. Ne donnez surtout pas suite ! Ceci est valable pour toutes les arnaques du genre. L’une des dernières en date concerne l’Assurance Maladie.

À noter : en quoi consiste cette arnaque ?
Via SMS ou courriel, les malfaiteurs se font passer pour l’Assurance Maladie et vous invitent à cliquer sur un lien pour compléter un formulaire. Autre variante : laisser un message sur votre répondeur, vous demandant de rappeler votre CPAM. Leur manœuvre ? Vous laisser croire à un remboursement ou encore à une carte vitale en attente. Évidemment, le numéro communiqué n’est pas celui de votre CPAM, mais un numéro surtaxé…

Au moindre doute, raccrochez et contactez vous-même votre banque afin de vérifier qu’elle a bien cherché à vous joindre. Si la réponse est non, vous êtes bien victime d’une tentative d’escroquerie.

Pensez également à signaler l’escroquerie, ne serait-ce que pour éviter à d’autres potentielles victimes de tomber dans le piège. Vous pouvez le faire :

  • Via le portail officiel de signalement des contenus illicites de l’internet internet-signalement.gouv.fr (ou portail Pharos) ;
  • Via le service d’assistance et de prévention en sécurité numérique www.cybermalveillance.gouv.fr ;
  • Ou alors en contactant le service Info Escroquerie par téléphone du lundi au vendredi de 9 h 00 à 18 h 30, au 0 805 805 817 (appel gratuit).

Vous avez été escroqué ? Dès le moment où vous vous en apercevez, le premier réflexe à avoir est de faire opposition à votre carte bancaire. Le coût moyen pour ce type d’opposition est de 15 €, soit une somme dérisoire comparée à celle dont les escrocs pourraient s’emparer en ayant accès à votre compte. Dans un second temps, informez votre banque de l’escroquerie. Même si elle refuse de vous rembourser, elle gardera au moins un œil sur vos comptes.

Article précédent Comment ouvrir un compte joint dans une banque en ligne ?
Article suivant Banque postale : panne résolue, les virements sont à nouveau possibles
Plus de guides banque
Réduisez vos factures grâce à nos conseils finances
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.