Les départements où les Ehpads sont les moins chers

Par Perrine de Robien | Mis à jour le 03/05/2021 à 14:51

Même si vivre dans un Ehpad coûte environ 2.000 € par mois, il existe des départements où ces établissements sont moins chers que d’autres. Et, à l’inverse, des départements où il faut débourser plus de 3.000 €.

Ehpad maison de retraite
Il y a des Ehpads moins chers que d'autres.

Plus de 2.000 euros par mois pour vivre en Ehpad

Vivre dans un Ehpad coûte de plus en plus cher. Selon une enquête réalisée par la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA), en 2019, le prix médian en hébergement permanent d’une chambre individuelle en établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes s’élevait à 2.004 € par mois. Un prix qui a connu une hausse de 1,39% par rapport à 2018.

La hausse moyenne est donc de 27 € par mois soit 324 € par an. Néanmoins, l’enquête souligne des écarts de prix importants entre les Ehpad. « Pour les 10% les moins chers, il est inférieur à 1.724 € par mois ; pour les 10% les plus coûteux, il est supérieur à 2.909 € par mois ». Ces écarts de prix entre les Ehpads s’expliquent par les prix de l’immobilier où se situe l’établissement.

Les départements où les Ehpads sont moins chers

Plus le mètre carré est élevé, plus le prix de l’Ehpad est élevé. « Le prix médian d’une chambre seule en hébergement permanent varie ainsi de 1.628 € par mois pour la Haute-Saône à 3.264 € par mois dans le département des Hauts-de-Seine, soit un prix deux fois supérieur » détaille l’enquête. En PACA, comptez entre 2.500 € à 2.900 € par mois tandis que dans certains départements du Nord-Ouest les prix sont plus faibles, s’élevant à moins de 1.900 € mensuels.

Résultat, 12% des résidents sont hébergés dans un département distinct de celui de leur résidence précédente. « En 2019, parmi les 546.200 personnes âgées vivant dans près de 6.000 Ehpad, environ 63.100 sont accueillies dans un établissement situé dans un département différent de celui où ils résidaient avant leur entrée en établissement ». En Bretagne par exemple, où les tarifs sont parmi les plus bas, la proportion de résidents originaires d’un autre département est assez faible avec moins de 5%.

À lire aussi Que faire de la vie numérique d’une personne décédée ?

Article précédent Assurance-vie : des rendements prévus à la baisse
Article suivant Quick : une souris dans son burger, la cliente porte plainte
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.