Le cododo, ou le fait de dormir avec son bébé, est largement pratiqué dans certains pays et tend à se démocratiser en France. Est-ce une bonne chose ? Y a-t-il des précautions à prendre ?

Les avantages du cododo

Dormir avec bébé dans le lit conjugal est une pratique qui a longtemps été marginale en France. Elle encore considéré avec méfiance par certains professionnels de la santé : les risques d'étouffement et d'écrasement sont bien réels.

Le cododo est cependant loin d'être nouveau : plus de 65 % à 90 % des bébés dorment près de leur mère dans les pays asiatiques. Dans les pays nordiques, cette pratique est adoptée par 50 % des mères. La raison ? Le cododo présente des avantages bien réels pour les parents et le nourrisson. 

  • Un allaitement facilité : la mère peut donner le sein dès que son bébé le réclame, sans avoir à se lever.
  • Une meilleure surveillance : les parents peuvent s'assurer que leur enfant va bien et réagir rapidement en cas de problème.
  • Un lien parents-enfant plus fort : le bébé se trouve proche de sa mère, ce qui peut le rassurer pendant les premiers mois de sa vie. Le père est intégré dans cette bulle d'intimité.

Attention, pour faire du cododo, tout le monde doit être d’accord ! Le conjoint mais aussi le bébé. Certains bébés trouvent plus facilement le sommeil en étant seuls dans leur lit et il est primordial de s’adapter à leurs besoins et à leurs envies.

Les alternatives au cododo

Si vous ne souhaitez pas dormir avec votre bébé dans votre lit mais que vous souhaitez l’avoir tout de même près de vous, vous pouvez opter pour la solution du lit co-dodo. Il s'agit d'un lit pour enfant ouvert sur un côté, qui peut être collé contre le lit parental. Le bébé dispose ainsi de son espace de sommeil, tout en étant proche de la mère qui peut l'allaiter facilement. 

Autre solution moins chère que le lit cododo : placer le couffin à côté de votre lit. Votre bébé est ainsi en sécurité : vous ne risquez pas de l’écraser, et lui ne risque pas de s’étouffer avec vos draps.

Cododo : les précautions à prendre

Le cododo comporte des risques : préparez correctement la chambre pour un sommeil sécurisé !

Prévoir un lit assez grand pour 3 : prévoyez un lit de 160 ou 180 cm de largeur de façon à ne pas « écraser » bébé en vous retournant pendant votre sommeil.

Réduire au maximum le linge de lit : pour éviter les risques d’étouffement, dormez avec un léger drap et surtout si votre bébé a moins d’un an car il est plus sensible aux coups de chaleur.

Ne pas trop chauffer la pièce : pour éviter les coups de chaleur, chauffez votre chambre entre 16 et 18°C.

Ne pas trop couvrir bébé : n’habillez pas trop votre bébé pour dormir car le contact entre votre peau et la sienne va maintenir sa température corporelle.

Ne jamais faire dormir un bébé à côté d’un jeune enfant : si le grand frère ou la petite sœur veut aussi dormir avec vous, ne le placez pas à côté de bébé car il risque de le bousculer en dormant ou même de le faire tomber.

Ne jamais laisser bébé seul dans la chambre pour éviter tout risque d’étouffement ou de chute.

Ne pas faire de cododo si vous avez bu de l’alcool, pris des médicaments ou si vous êtes épuisés car cela affecte votre mémoire et vous risquez d’oublier que vous dormez avec votre bébé. De plus, votre sommeil sera plus profond et vous risquez de ne pas vous réveiller en cas de chute, par exemple.

Ne pas consommer de tabac : si vous êtes fumeurs, évitez de dormir à côté de votre bébé car le tabagisme passif augmente le risque de mort subite chez le nourrisson.

Le cododo permet d'être plus proche de son bébé pendant les premières nuits, de faciliter l'allaitement et de renforcer le lien parents-enfant. Il comporte cependant des risques et ne sera pas forcément adapté à tous les bébés et à tous les parents. L'idéal est d'en parler à votre pédiatre, qui sera en mesure de vous fournir des conseils adapté à votre situation personnelle.

Article précédent Qu'est-ce qu'un divorce par consentement mutuel ?
Article suivant Les Restos du cœur alertent
Plus de guides famille
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.