Et vous, prendriez-vous la pilule de l'immortalité ?

Par Paolo Garoscio | Mis à jour le 22/07/2022 à 11:28

L’Homme a toujours recherché l’immortalité, qu’on retrouve dans quasiment tous les mythes du monde et qui, au 21e siècle, se concrétise en partie par la chirurgie esthétique visant à limiter les effets de la vieillesse. Mais la question se pose : et si une simple pilule pouvait nous rendre immortels, l’utiliserions-nous ? Contre toute attente, c’est le « non » qui l’emporte.

pilule immortalité étude recherche
Si une pilule pour l'immortalité existait, une majorité de personnes ne la prendraient pas.

L’immortalité c’est « non » pour une majorité d’Américains

Les professeurs Michael D. Barnett et Jessica H. Helphrey ont posé la question à près de 900 Américains : « si des docteurs développaient une pilule vous permettant de vivre éternellement à votre âge actuel, la prendriez-vous ? » Seules trois réponses étaient possibles : oui, non et « ne sait pas ». Or, ce qui est important dans cette question est bien la précision de l’âge qui n’évoluerait ni dans un sens ni dans l’autre.

Intuitivement, on pourrait penser que selon l’âge des répondants, les réponses varient : peut-être les jeunes sont-ils plus susceptibles de vouloir vivre éternellement que les personnes âgées, du fait qu’ils sont dans « la force de l’âge ». Les résultats, publiés dans la revue Journal of Aging Studies, démontrent tout simplement que non.

Des réponses cohérentes quel que soit l’âge du répondant

Pour cette recherche purement hypothétique, 911 personnes ont été recrutées : 593 jeunes entre 18 et 29 ans, 272 personnes dont l’âge moyen était de 72 ans et 46 personnes âgées (âge moyen de 88 ans). Les résultats sont parfaitement cohérents.

Chez les jeunes, 34% prendraient la pilule d’immortalité, contre 40% qui la refuseraient et 26% qui ne se sont pas prononcés. Dans la deuxième tranche d’âge, 32% prendraient la pilule et 43% la refuseraient, quant aux seniors, ils ne seraient que 24% à la prendre.

La cohérence des réponses semble montrer que la question de l’immortalité est plus fondamentale qu’une simple question liée à la santé à un instant T. Autrement, les jeunes seraient largement majoritaires à accepter la pilule. Ainsi, c’est bien l’immortalité en elle-même qui est refusée, même de manière théorique.

À lire aussi Déprime, insomnies, anxiété... la lavande fait des miracles !

Article précédent Assurance-vie : des rendements prévus à la baisse
Article suivant Destination vacances : le palmarès 2023
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.