Enercoop, Ilek… : les fournisseurs « verts » adoptent le nucléaire

Par Anton Kunin | Mis à jour le 13/07/2022 à 07:51

Face à la flambée des cours d’électricité sur le marché de gros, plusieurs des fournisseurs se déclarant comme « verts » ont commencé à acheter de l’électricité d’origine nucléaire. Et cela, sans avoir rebaptisé leurs offres.

Nucléaire
Longtemps restés totalement en retrait du marché du nucléaire, Enercoop et Ilek procèderont à des achats auprès d'EDF.

Enercoop déplore son modèle, qui n’était pas pensé pour résister à de fortes fluctuations de marché

Les cours d’électricité flambent, plongeant les fournisseurs dans l’incertitude sur le plan financier. Alors que certains imposent d’office à leurs clients des offres moins avantageuses, d’autres, jadis spécialisés dans le solaire, l’éolien, l’hydroélectricité et la biomasse, se résignent à se convertir au nucléaire. C’est précisément la décision prise par les fournisseurs Enercoop et Ilek. Lors de l’assemblée générale d’Enercoop le 18 juin 2022, les sociétaires ont voté à 88% l’achat d’électricité nucléaire à EDF à partir de janvier 2023, pour trois ans. (Cette électricité devrait cependant être achetée dans le but de la revendre plus cher lorsque les cours monteront encore, réaliser un bénéfice et ainsi dégager des fonds pour continuer à acheter de l’électricité à des producteurs « verts », a assuré la société.) Ilek, quant à lui, achète et fournit de l’électricité d’origine nucléaire depuis janvier 2022.

Ces achats se font manifestement à contre-cœur. Enercoop explique sur son site Internet : « Une grande partie de nos contrats sont encore négociés au regard des conditions du marché, et les producteurs ont la possibilité de renégocier les prix en cours de contrat. Notre modèle ne nous protège donc pas des fortes fluctuations du marché de l’électricité. […] Aujourd’hui, les prix en vigueur sur ce marché dépassant ce que nous avons l’habitude de proposer à nos producteurs, nous devons en conséquence acheter notre énergie bien plus cher qu’auparavant ».

Enercoop et Ilek, deux « anti-nucléaires » qui n’ont pas pu tenir leurs promesses

Ilek, pour sa part, a fourni cette explication à ses clients : « Dans un contexte de forte volatilité du prix de l’énergie, le recours au [dispositif d’Accès Régulé à l’Électricité Nucléaire Historique (ARENH)] est un moyen pour nous de proposer des prix toujours compétitifs en permettant d’amortir les hausses ponctuelles de tarif sans impacter notre modèle de fourniture, qui demeure à 100% issu de sources renouvelables et durables ».

Cette mue contraste fortement avec ce que Enercoop et Ilek étaient à leurs débuts. Enercoop avait été fondé en 2005 par les ONG Greenpeace et les Amis de la Terre, l’association Agir pour l’environnement, la coopérative Biocoop et la coopérative de finance solidaire La Nef. Ilek, quant à lui, s’essayait de se faire connaître ces dernières années en dénonçant les fausses promesses de ses concurrents, vendant de l'électricité verte issue en réalité des centrales nucléaires d'EDF…

A lire aussi : Bientôt une centrale nucléaire sur la lune ?

Article précédent Assurance-vie : des rendements prévus à la baisse
Article suivant Destination vacances : le palmarès 2023
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.