Achat immobilier entre particuliers : les pièges à éviter

Par Fabienne Cornillon | Mis à jour le 05/05/2022 à 14:49
Partager

Vous êtes tenté par l’achat d’un bien immobilier en direct pour éviter des frais d’agence ? Attention, vous passer des conseils d’un expert pourrait s’avérer préjudiciable. Si vous souhaitez réaliser cette acquisition seul, il est nécessaire de respecter quelques consignes auparavant.

Le bien est-il vendu au bon prix ?

Un agent immobilier doit avoir une connaissance parfaite du marché immobilier et a une compétence spécifique pour évaluer un bien. Ce n’est pas le cas des vendeurs qui ont parfois tendance à surestimer leur bien. Loin d’être malhonnêtes, ils sont bien souvent influencés par l’attachement qu’ils ont pour leur maison et la valeur sentimentale qu’ils lui accordent. De plus, certains vendeurs commettent l’erreur d’estimer leur bien selon leur besoin financier, et non selon la réalité du marché. Si vous achetez un bien immobilier à un particulier, ne tombez pas dans le piège et assurez-vous que le prix est juste. Pour cela, vous pouvez demander à le faire estimer ou, en premier lieu, le comparer avec d’autres logements en vente offrant des prestations similaires dans le même secteur.

Le propriétaire dispose-t-il de tous les diagnostics immobiliers ?

Lorsque vous achetez un bien immobilier, le propriétaire est dans l’obligation de vous fournir différents diagnostics immobiliers. Ceux-ci vous permettent d’avoir une vision plus globale du bien et des éventuels risques. Dans la mesure où vous achetez entre particuliers, vous n’êtes pas conseillé par un agent pour vous assurer que tous les diagnostics ont bien été réalisés. Voici donc la liste de ceux qui doivent vous être remis par le vendeur :

  • diagnostic de performance énergétique (DPE) ;
  • diagnostic électrique et gaz pour une installation de plus de 15 ans ;
  • diagnostic assainissement collectif pour tous les immeubles qui ne sont pas raccordés au réseau public ;
  • diagnostic amiante pour les permis de construire délivrés avant 1997 ;
  • diagnostic ERP (état risques et pollutions) pour connaître les risques sismiques, les aléas naturels, etc., si un arrêté préfectoral évoque des risques prévisibles ;
  • diagnostic mérule ;
  • diagnostic plomb pour tous les immeubles construits avant 1949 ;
  • diagnostic termites dans les zones délimitées par arrêté préfectoral.

Le compromis de vente est-il parfaitement rédigé ?

Lorsque vous passez par un agent immobilier pour acheter un bien, le compromis est la plupart du temps signé en agence. Ici, vous avez la possibilité de passer par un notaire ou de rédiger un compromis sans intermédiaire. Attention, un compris vous engage, il est important de bien vérifier toutes les clauses. Par exemple, n’oubliez pas la clause suspensive de prêt si votre acquisition est conditionnée à l’octroi d’un prêt bancaire. Avec cette clause, si vous ne pouvez obtenir votre crédit immobilier, la vente sera caduque et vous ne serez pas pénalisé.

Le bien présente-t-il des risques ?

Lors de votre visite, il est important d’être extrêmement vigilant. Tandis qu’un agent immobilier a un œil expert et peut envisager les éventuels risques, ce n’est pas nécessairement le cas d’un particulier.

Scrutez chaque recoin pour savoir si la maison est humide. Vérifiez l’état des poutres pour envisager la présence éventuelle de nuisibles. Dans une maison, vous avez la possibilité de visiter le grenier, faites-le pour voir l’état de l’isolation et de la charpente. Vérifiez l’état de l’installation électrique, les sols, les murs, les fissures éventuelles. En clair, vous devez éviter d’acheter une maison qui pourrait devenir un gouffre financier si des travaux lourds ne sont pas envisagés en amont.

Si des rénovations importantes s’imposent, vous pouvez négocier le prix à la baisse pour faire entrer votre budget travaux dans votre enveloppe globale.

La surface est-elle celle indiquée dans l’annonce ?

Avant de signer, assurez-vous que le vendeur vous a bien indiqué la bonne surface pour chaque pièce du bien immobilier. Prenez votre mètre et assurez-vous que les mesures sont bonnes. D’une part, cela vous permet de vous assurer que le bien acheté correspond véritablement à votre besoin. D’autre part, une surface mal jugée peut augmenter le prix du m² et vous faire payer à tort un prix trop élevé.

Article précédent Passer à temps partiel : bonne ou mauvaise idée ?
Article suivant Pourquoi les stages ne sont pas tous rémunérés ?
Plus de guides emploi
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.