Un autre rapport au travail depuis la pandémie

Par Stéphanie Haerts | Mis à jour le 25/01/2023 à 11:52

La vision des Français vis-à-vis de leur travail a changé depuis la pandémie de Covid-19. Ils appréhendent la vie différemment et semblent plus distants de leur travail comme le révèle une enquête de l'institut de sondage Ifop pour la Fondation Jean Jaurès. 

employés travail français
Le travail occupe une place moins importante dans la vie des Français.

Une place moins importante pour le travail

Vit-on pour travailler ou travaille-t-on pour vivre ? C'est la question qui revient souvent dans la tête des Français. Mais depuis la pandémie, ces derniers ont tranché décidant de prendre du recul vis-à-vis de leur travail. Une étude menée par l'institut de sondage Ifop pour la Fondation Jean Jaurès montre que les Français consacrent une place de moins en moins importante à leur travail. 

Cette tendance avait déjà été repérée durant la crise sanitaire. Malgré la fin de la pandémie, les Français ne semblent pas vouloir recommencer comme avant. Dans une note de la Fondation Jean-Jaurès intitulée : « Je t'aime, moi non plus: les deux ambivalences du nouveau rapport au travail », on peut lire qu'un salarié sur cinq pense que le travail est très important contre 60% en 1990. 

Le travail n'est plus un idéal de réussite

L'étude rapporte également qu'en 2022, 61% des Français veulent gagner moins mais avoir plus de temps libre. En 2008, 62% des Français disaient préférer gagner plus d'argent et avoir moins de temps libre. Selon les auteurs de l'étude, ces changements peuvent s'expliquer par un chômage important et durable. « Il en a résulté un rapport à l’emploi qui s’est le plus souvent façonné dans un climat anxiogène et contribuant à désacraliser un idéal de réussite et de méritocratie par le travail », détaille la note.

Travailler en freelance est de plus en plus plébiscité. Désormais, un salarié sur cinq indique effectuer la tâche que l'on attend de lui sans s'investir outre mesure. Un phénomène proche de la démission silencieuse ou « quiet quitting ». Une tendance que l'on peut traduire par une volonté de séparer sa vie professionnelle de sa vie personnelle. 

À lire aussi : Le “quiet quitting” à la mode : comment éviter le stress au travail ?

Article précédent Assurance-vie : des rendements prévus à la baisse
Article suivant Ne ratez pas cette promo Air France !
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.