Comment les jeunes imaginent leur futur emploi

Par Jean-Baptiste Le Roux | Mis à jour le 28/09/2022 à 11:05

Un sondage réalisé par OpinionWay pour Le Parisien Economie et Indeed vient révéler quelles sont les aspirations des jeunes en matière d’emploi et d’avenir professionnel. De quoi remettre en question certaines idées reçues sur la jeunesse et l’emploi aujourd’hui.

Jeune travail
Pour 59% des jeunes actifs, le critère principal reste encore la rémunération.

Au travail, les jeunes veulent du changement

Les jeunes génération auront définitivement été très marquées par la crise sanitaire du Covid-19. D’après un sondage réalisé par OpinionWay pour Le Parisien Economie et Indeed, le site de recherche d’emploi, les bouleversements engendrés par le coronavirus sur le marché du travail, et notamment chez les jeunes de 18 à 30 ans, n’ont pas fini de générer des effets pour le moins intéressants.

D’après ce sondage, on apprend que 74% des actifs de cette tranche d’âge affirment que la crise sanitaire les a poussés à effectuer des changements dans leur carrière. Et pour 28% d’entre eux, ces changements passent notamment par un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée. Inversement, 25% de ces sondés souhaitent à tout prix préserver leur situation actuelle.

Un agenda flexible sans horaires fixes

Toujours selon cette étude, 80% des jeunes affirment vouloir travailler dans une entreprise qui affiche des engagements sociétaux forts, notamment en matière d’environnement. Pour autant, pour 59% d’entre eux, le principal critère avant de rejoindre une société reste en premier lieu la rémunération. Il faut dire que dans un contexte de faible croissance et surtout d’inflation forte, cela peut s’entendre.

Autre enseignement de taille, et c’est encore évidemment une conséquence de la crise sanitaire : l’agenda. Les jeunes qui arrivent aujourd’hui sur le marché du travail souhaitent bénéficier d’un agenda flexible. Ils ne veulent plus d’horaires fixes. Ainsi d’après le sondage, 53% d’entre eux veulent un métier sans horaires fixes. Quitte à devoir travailler le samedi ou le dimanche et prendre des jours de repos dans la semaine.

À lire aussi Passer à temps partiel : bonne ou mauvaise idée ?

Article précédent Assurance-vie : des rendements prévus à la baisse
Article suivant Malgré ses promesses, Apple collecte vos données personnelles sans votre accord
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.