Aérien : vers une réduction des indemnités en cas de retard ?

Par Paolo Garoscio | Mis à jour le 16/08/2022 à 11:34

Les compagnies aériennes se remettent doucement de deux années compliquées, pour cause de restrictions massives sur les déplacements qui ont causé des annulations en masse. Mais les annulations de vols et les retards ont également marqué l’été 2022, sur fond de hausse des ventes et de manque de personnel. De quoi induire des milliards d’euros de remboursements à cause de la réglementation européenne…

retard vol indemnisation droit
En cas de retard du vol de plus de 3 heures, il est possible de demander une indemnisation.

Aviation : la réglementation européenne est très favorable aux voyageurs

Depuis 2020, on ne compte plus les articles sur le sujet : l’indemnisation des vols, prévue par la réglementation européenne, a été largement publicisée car les annulations, contraintes, ont été légion. Résultat : alors que ce droit des voyageurs était méconnu et donc peu utilisé par les concernés, les demandes d’indemnisation ont explosé car les conditions sont plus qu’avantageuses.

Au sein de l’Union européenne, en effet, dès lors qu’un vol a plus de trois heures de retard, les voyageurs peuvent demander une indemnisation à la compagnie. Et les montants sont élevés, entre 250 € et 600 € selon les conditions. Rien qu’entre mars et mai 2020, selon l’association des transporteurs aériens, près de 10 milliards d’euros ont ainsi été remboursés aux voyageurs en Europe et au Royaume-Uni. Une situation que ces derniers aimeraient changer.

Moins d’indemnisation ou des conditions plus strictes ?

Interrogé par Politico le 5 août 2022, Thomas Reynaert, du groupe de lobbying Airlines for Europe (A4E) explique que dans certains cas, l’indemnisation « ne fait aucun sens ». « Je pense que tout le monde est d’accord que si vous payez 50 € pour un ticket, puis vous touchez 300 € en indemnisation, ce n’est pas juste ». Or, c’est le cas, surtout au sein des compagnies low-cost.

Son groupe, qui travaille pour les intérêts des compagnies, espère donc faire pression sur l’Union européenne pour changer les choses. L’espoir est de faire baisser les montants ou encore relever à 5 heures de retard le délai à partir duquel les voyageurs peuvent réclamer un remboursement. Mais rien n’est joué car la question est clivante et que les associations de consommateurs sont déjà sur le qui-vive, elles qui aimeraient au contraire améliorer les droits des voyageurs à ce sujet.

À lire aussi Que faut-il faire si vos bagages sont perdus à l'aéroport ?

Article précédent Assurance-vie : des rendements prévus à la baisse
Article suivant Impôts : faire enlever ses poubelles coûte de plus en plus cher
Réduisez vos factures grâce à nos conseils administratif & juridique
Merci de vous être inscrit à notre newsletter !
En cliquant sur "Recevoir la newsletter", vous acceptez les CGU ainsi que notre politique de confidentalité
décrivant la finalité des traitements de vos données personnelles.